Inde

Inde: indignation après la mort d'une soixantaine d'enfants dans un hôpital

Une famille indienne pleure le décès d'un enfant à l'hôpital de Baba Raghav à Gorakhpur, 11 août 2017.
Une famille indienne pleure le décès d'un enfant à l'hôpital de Baba Raghav à Gorakhpur, 11 août 2017. AFP

La colère et l’indignation continuent de monter en Inde après la mort d’une soixantaine d’enfants dans un hôpital public du nord du pays. Les médias et les proches des victimes mettent en cause une pénurie d’oxygène alors que les autorités affirment que des maladies seraient à l’origine de ces décès.

Publicité

Avec notre correspondante à New DelhiClémence Després

Le gouvernement de l’Uttar Pradesh n’en démord pas. Ce n’est pas la pénurie d’oxygène qui est responsable de la mort - depuis lundi - de plus de soixante enfants dans un hôpital public de Gorakhpur.

Face à l’indignation qu’a provoquée cette tragédie dans le pays, le ministre en chef de cet État, Yogi Adityanath, s’est rendu sur place dimanche. Pour lui, les enfants sont morts d’encéphalite. Rien à voir donc avec l’interruption de la livraison d’oxygène intervenue jeudi dans cet hôpital qui ne se serait pas acquitté de ses factures depuis plusieurs mois.

Une version vivement contestée par les familles des victimes qui ont fait état du chaos dans lequel se trouvait l’hôpital lorsque les patients ont commencé à manquer d’oxygène.

L’opposition a réclamé la démission de Yogi Adityanath, ce proche allié du Premier ministre Narendra Modi qui suivrait lui-même la situation de très près. Une enquête a été ouverte et les autorités ont promis de n’épargner personne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail