Accéder au contenu principal
Inde

Démonétisation en Inde: un rapport d'étape réservé

Un trader compte ses billets en roupies indiennes à Bombay, le 1er août 2013 (illustration).
Un trader compte ses billets en roupies indiennes à Bombay, le 1er août 2013 (illustration). REUTERS/Vivek Prakash
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Inde, la banque centrale a indiqué ce jeudi 31 août dans son rapport annuel que la mesure de démonétisation instaurée par le gouvernement indien en novembre dernier s'était avérée globalement inefficace et coûteuse. Selon la Banque de Réserve indienne, près de la totalité des coupures de 500 et 1000 roupies qui avaient été retirées de la circulation du jour au lendemain on réintégré le système bancaire du pays. Le rapport dresse un bilan globalement négatif de cette réforme économique draconienne qui avait paralysé le pays pendant plusieurs semaines.

Publicité

avec notre correspondant à New Dehli, Antoine Guinard

Le gouvernent de Narendra Modi avait annoncé que cette mesure servirait à lutter contre la fraude fiscale et éliminer l'argent non-déclaré. Mais pour la banque centrale indienne, la « démonétisation », comme elle est appelé en Inde a globalement été un échec.

Selon son rapport annuel, près de 99% des anciennes coupures de 500 et 1000 roupies (6,5 et 13 euros), d'une valeur totale de 200 milliards d'euros ont été déposées à la banque.

La retrait de ces coupures a également affecté les finances de la banque centrale. Ses coût d'impression ont plus que doublé par rapport à l'année dernière, avec l'introduction de nouvelles coupures.  

Cette mesure draconienne annoncée dans la nuit de 8 au 9 novembre 2016, a provoqué une chute de 2% de la croissance du PIB indien. Plusieurs secteurs dont l'agriculture et l'immobilier, et le vaste secteur informel, dans lesquels une grande partie des transactions se fait en liquide, ont été affectés par la démonétisation.

Le gouvernement continue de défendre cette mesure bec-et-ongles. M. Modi a affirmé ce mois-ci que près de 40 milliards d'euros avait été injectés dans le système bancaire et que 1,8 millions de fraudeurs présumés avaient été détectés grâce à la démonétisation.

► à (re)lire: L'Inde malade de son évasion fiscale

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.