Accéder au contenu principal
Inde / Médias

Inde: un troisième journaliste tué en l'espace de trois mois

L'Inde est un des pays d'Asie les plus dangereux pour la presse.
L'Inde est un des pays d'Asie les plus dangereux pour la presse. AFP PHOTO/Indranil MUKHERJEE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un journaliste a été assassiné dans le nord de l'Inde ce samedi 21 octobre. Le reporter d'un journal local a été abattu de plusieurs balles alors qu'il se trouvait dans un magasin. Il était également proche du principal groupe nationaliste hindou. C'est le troisième journaliste tué en trois mois dans le pays.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Rajesh Mishra était un journaliste trentenaire du Dainik Jagran, l'un des deux quotidiens les plus lus en Inde. Il a été abattu à Ghazipur, dans l'Etat de l'Uttar Pradesh, au nord du pays, vers 7h00 du matin. Trois hommes sont alors arrivés à moto près du magasin où il se trouvait et lui ont tiré plusieurs balles dans le corps.

Une foule de villageois a ensuite protesté et endommagé des véhicules avant d'être contrôlée par la police. Les autorités affirment avoir déjà identifié deux des trois suspects, mais ne précisent pas quel est le motif de ce meurtre.

Rajesh Mishra a pu être assassiné pour son travail de reporter. Deux autres journalistes ont déjà été tués depuis trois mois en Inde, un pays qui se trouve à 136e place dans le classement de Reporters sans frontières (RSF) sur la liberté de la presse.

Mais cet homme était également un membre du mouvement nationaliste hindou du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS, Corps national des volontaires), le bras idéologique du parti au pouvoir en Inde. Et son militantisme a pu lui valoir des ennemis à un moment ou cette association est en plein prosélytisme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.