Accéder au contenu principal
Philippines

Philippines: les négociations avec la guérilla communiste officiellement rompues

Rodrigo Duterte renonce finalement à relancer le processus de paix avec la NPA.
Rodrigo Duterte renonce finalement à relancer le processus de paix avec la NPA. REUTERS/ Ezra Acayan/Po
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La guérilla communiste de la Nouvelle armée du peuple (NPA) aux Philippines est l'une des insurrections les plus vieilles et meurtrières d'Asie. En presque un demi-siècle, le conflit a tué 40 000 personnes. Rodrigo Duterte avait suscité l'espoir d'y mettre fin en relançant le processus de paix, jusqu'à libérer d'anciens cadres du parti et les nommer au sein de son gouvernement. Finalement, le président controversé a officiellement rompu toute négociation avec les communistes, qu'il traite de « terroristes ».

Publicité

Avec notre correspondante à Manille,  Marianne Dardard

Un sentiment de grand gâchis et la crainte d'une multiplication des attaques domine après la confirmation par décret présidentiel de la fin du dialogue de paix.

Selon Rodrigo Duterte, les communistes ont « échoué à prouver leur sincérité et leur attachement dans la poursuite des négociations de paix en commettant des actes de violence ».

Plus tôt dans la semaine, le président avait dénoncé la mort d'un bébé dans une embuscade attribuée à la Nouvelle armée du peuple (NPA), branche armée du parti communiste philippin.

Rodrigo Duterte avait déjà menacé d'interrompre le dialogue de paix cet été, après d'autres accidents. En réaction, les communistes avaient alors annoncé l'intensification des offensives.

La NPA opère principalement dans le sud-est de Luzon, la grande île du nord, et à plusieurs endroits du sud de l'archipel, déconseillés aux voyageurs par plusieurs ambassades occidentales.

Fondé par Jose Maria Sison, exilé aux Pays-Bas, le parti communiste philippin d'inspiration maoïste incarne la gauche aux yeux de la plupart des Philippins. Et, pour ses partisans, la force politique qui a payé le plus lourd tribut sous la dictature de Ferdinand Marcos.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.