Corée du Sud / Histoire

Corée du Sud: un bunker présidentiel souterrain oublié transformé en musée

Vue intérieure du bunker.
Vue intérieure du bunker. RFI/Frederic Ojardias

C'est un musée d'art contemporain plutôt particulier qui vient d'ouvrir à Séoul, la capitale de la Corée du Sud : un musée situé dans un bunker souterrain oublié, qui a été probablement construit à la fin des années 1970 à l'intention d'un ancien dictateur et qui a redécouvert par hasard il y a 10 ans lors de la construction d'une station de bus. Cette relique de la guerre froide se trouve aujourd'hui en plein centre du quartier financier de Yeouido, au cœur de Séoul.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

L'entrée se remarque à peine : une cabine en verre, qui protège des escaliers descendant sous terre. A l'intérieur, deux grandes pièces couvertes de carrelage blanc, un vieux sofa imprimé léopard, des toilettes, un lavabo et une exposition d'art contemporain.

Il n'existe aucun document officiel concernant ce mystérieux bunker souterrain, dont l'existence avait été oubliée pendant trois décennies. L'endroit a sans doute été construit pour évacuer en cas d'attaque l'ancien dictateur Park Chung-hee. Son entrée est en effet située juste sous l'estrade présidentielle devant laquelle étaient organisés des défilés militaires.

L'esplanade autrefois martiale est aujourd'hui un parc, entouré de gratte-ciel de verre et de néons et cet abri est le témoin fascinant d'une époque où l'ennemi nord-coréen n'hésitait pas à envoyer au Sud ses commandos d'assassins.

La municipalité, décidée à sauvegarder ses reliques historiques, l'a restauré et en a fait une annexe du musée d'Art de Séoul.

Un autre bunker, construit à l'époque coloniale japonaise, ainsi qu'une station de métro « fantôme » fermée depuis 40 ans viennent aussi d'être ouverts au public.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail