Accéder au contenu principal
Chine

Chine: 10 000 morts à Tiananmen en 1989, d'après un télégramme déclassifié

C’est l’une des photos les plus célèbres au monde: l’homme qui arrête tout seul une colonne de chars près de la place Tiananmen, au centre de Pékin, pendant le massacre qui a débuté dans la nuit du 3 au 4 juin 1989.
C’est l’une des photos les plus célèbres au monde: l’homme qui arrête tout seul une colonne de chars près de la place Tiananmen, au centre de Pékin, pendant le massacre qui a débuté dans la nuit du 3 au 4 juin 1989. Bettmann / Contributeur
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le 4 juin 1989, les autorités chinoises réprimaient dans le sang un mouvement de révolte d'étudiants, d'intellectuels et d'ouvriers chinois. Ceux-ci étaient venus, sur la place Tiananmen, pour réclamer de Pékin des réformes politiques et démocratiques. Selon les estimations de l'époque, le bilan du massacre faisait état de plusieurs centaines à un millier de morts. Mais d'après une archive britannique, qui vient d'être déclassifiée, ce chiffre serait largement sous-estimé : la répression de la manifestation aurait fait dix mille morts.

Publicité

Avec notre correspondante à Shangaï, Angélique Forget

Resté classé « secret défense » pendant plus de 28 ans, un document consacré aux évènements de la place Tiananmen a été rendu public par les Archives nationales britanniques.

Il s'agit d'un télégramme secret, envoyé le 5 juin 1989 au matin, au lendemain du massacre de Tiananmen. Signé par l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Pékin, Alan Donald, il raconte la violence qui s'est déchainée dans la nuit.

« Les blindés ont ouvert le feu sur la foule avant de lui rouler dessus » écrit-il. « Ils ont roulé sur les corps à de nombreuses reprises, avant que les restes soient ramassés au bulldozer. ». Le diplomate conclut son rapport avec ces quelques mots : « estimation minimale des morts civils : 10 000 ».

C'est bien plus que les estimations admises à l'époque. Elles oscillaient entre 200 morts selon les autorités de Pékin et quelques milliers, selon les gouvernements occidentaux.

Aucun média chinois ne fait état de la publication de ce document. En Chine, il est interdit d'évoquer le massacre de Tiananmen. Toute commémoration est réprimée, et cette nuit meurtrière n'a jamais été remise en cause par les dirigeants chinois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.