Accéder au contenu principal
Chine

Chine: Shanghai veut éviter «la maladie des grandes villes»

(Photo d'illustration) Dans le quartier de Guangfuli, à Shanghai, en Chine, en 2016.
(Photo d'illustration) Dans le quartier de Guangfuli, à Shanghai, en Chine, en 2016. REUTERS/Aly Song/File Photo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Chine, après Pékin, Shanghai, la capitale économique située dans le sud-est du pays, veut elle aussi limiter sa population. Elle se fixe l'objectif de ne pas dépasser les 25 millions d'habitants d'ici 2035. Les autorités veulent ainsi éviter « la maladie des grandes villes », disent-elles.

Publicité

Avec notre correspondante à Shanghai, Angélique Forget

Pollution, congestion routière, pénurie de services publics... A Shanghai, d'après les autorités, tous les symptômes d'une « grande ville malade » sont là. Pour la soigner, une solution : limiter le nombre d'habitants.

Fin 2015, Shanghai comptait, selon les données officielles, un petit peu plus de 24 millions d'habitants.

D'après le plan de développement qui vient d'être accepté par le Conseil d'Etat, sa population ne devra pas dépasser les 25 millions d'habitants, et la surface foncière disponible pour la construction ne doit pas excéder 3200 km2.

Conséquences désastreuses possibles sur les travailleurs migrants

Shanghai n'est pas la première ville à annoncer vouloir contenir la croissance de sa population. En septembre dernier, Pékin s'était donné pour limite 23 millions d'habitants. Pour cela, entreprises publiques et bureaux officiels seront forcés de déménager dans une ville voisine, située à 100 km de la capitale.

Mais limiter la population peut aussi avoir des conséquences désastreuses sur les travailleurs migrants, les plus pauvres de la ville : à Pékin, des dizaines de milliers d'entre eux ont été expulsés de leur domicile le mois dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.