Accéder au contenu principal
Vietnam / Corruption

Vietnam: prison à vie pour l’apparatchik corrompu

Trinh Xuan Thanh, ex-cadre dirigeant du parti communiste qui a par ailleurs dirigé PetroVietnam Construction, ce lundi 22 janvier 2018 lors de la lecture de son verdict, dans un tribunal de Hanoï.
Trinh Xuan Thanh, ex-cadre dirigeant du parti communiste qui a par ailleurs dirigé PetroVietnam Construction, ce lundi 22 janvier 2018 lors de la lecture de son verdict, dans un tribunal de Hanoï. VNA/Doan Tan via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

On avait beaucoup parlé l’été dernier de cet apparatchik vietnamien enlevé par les services secrets dans un parc en Allemagne. Ce lundi 22 janvier, il a été condamné à la prison à vie à Hanoï pour corruption. Une vingtaine d’autres personnes liées à l’entreprise publique PetroVietnam ont écopé de peines allant de 22 ans de prison à 30 mois avec sursis.

Publicité

Pour Trinh Xuan Thanh, tout bascule en mai 2016 lorsqu’il est pris en photo au volant d’une voiture de luxe portant des plaques gouvernementales. Celui qui dirige le groupe public PetroVietnam Construction profite alors comme beaucoup d’autres apparatchiks d’un confortable train de vie, mais discrètement.

Quand les photos sortent dans la presse locale, il devient le symbole du haut fonctionnaire corrompu, et manifestement il prend la fuite, puisqu'il réapparaît plus d’un an plus tard, en août 2017, en Allemagne, quand Berlin affirme que des hommes armés viennent de l’enlever dans un parc de la capitale, un épisode digne de la guerre froide qui provoque une crise diplomatique entre les deux pays.

Depuis deux semaines, Trinh Xuan Thanh était jugé à Hanoï, il écope donc de la prison à vue pour détournement de fonds. Et dans un autre procès qui commence ce mercredi, toujours pour détournement de fonds, il risque la peine capitale.

Depuis des années le gouvernement vietnamien mène une opération « mains propres », de nombreux banquiers et hommes d’affaires ont été écroués, dans un pays que Transparency International place au 113e rang sur 176 pour la perception de la corruption.

Mais ces purges seraient surtout politiques, menées par le chef du Parti communiste vietnamien Nguyen Phu Trong pour abattre les alliés de l’ex-Premier ministre Nguyen Tan dung.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.