Accéder au contenu principal
Inde

Inde: le film polémique «Padmaavat» sort dans le chaos

Un policier tente d'arrêter un jeune membre de la communauté rajput lors d'une manifestation contre la sortie du film Padmaavat, le 24 janvier.
Un policier tente d'arrêter un jeune membre de la communauté rajput lors d'une manifestation contre la sortie du film Padmaavat, le 24 janvier. REUTERS/Amit Dave/File photo
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Inde, l'un des films les plus polémiques des dernières années est sorti ce jeudi dans une ambiance de chaos. Padmaavat relate la vie de l'une des reines mythiques les plus vénérées de la caste des guerriers Rajputs. Mais depuis des mois, certains groupes extrémistes de cette communauté ont manifesté pour interdire sa sortie. Mercredi 24 janvier, ces violences se sont répandues dans plusieurs Etats du nord du pays, entraînant l'incendie de bus et le saccage de cinémas. Ce qui inquiète l'énorme industrie du cinéma de Bollywood.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

Ce mercredi à Gurgaon, la cité d'affaires de New Delhi, un bus scolaire est caillassé. Les enfants, terrorisés, se réfugient sous les sièges. Dehors, c'est un climat de révolte urbaine. Comme dans plusieurs Etats du nord de l'Inde, des centaines de jeunes enragés brûlent les voitures ou saccagent des cinémas, afin d'empêcher la diffusion du film Padmavaat. Ils répondent à l'appel d'un groupe radical de la caste des Rajputs.

Celui-ci affirme que Bollywood est en train de souiller la mémoire d'une de leurs reines mythiques du XIVe siècle. L'histoire est tirée d'une fable, quasiment personne n'a encore vu le film, mais qu'importe, c'est l'honneur de cette communauté guerrière qui serait en jeu.

Selon Gaurav Bose, producteur de film à Bombay, ce rare niveau de violence est très préoccupant. « Les gens n'acceptent plus que l'on parle de leur histoire si on ne fait pas partie de leur communauté. Ce n'est même plus un problème de contenu, c'est simplement qu'ils s'arrogent le monopole de ce récit. Et en tant que réalisateur de films, c'est une situation très délicate. Car en Inde, nous avons 50 religions, 50 groupes politiques et sociaux, avec 50 versions différentes de leur histoire. Et il est donc très difficile de ne pas vexer l'un d'entre eux. »

Les propriétaires de salles de quatre Etats indiens ont déjà cédé à la menace, et refusé de diffuser Padmaavat par peur de subir de nouvelles violences.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.