Accéder au contenu principal
Maldives

Crise politique aux Maldives: le président décrète l'état d'urgence

Des partisans de l'opposition manifestent contre la décision du gouvernement de ne pas relâcher des prisonniers, malgré la décision de la Cour suprême, le 4 février.
Des partisans de l'opposition manifestent contre la décision du gouvernement de ne pas relâcher des prisonniers, malgré la décision de la Cour suprême, le 4 février. REUTERS/Stringer NO RESALES. NO ARCHIVES.
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Aux Maldives, le président Abdullah Yameen a déclaré ce lundi 5 février l’état d’urgence pour 15 jours. La crise politique a débuté jeudi dernier quand la Cour suprême a ordonné la libération de plusieurs opposants emprisonnés. L’état d’urgence donne des pouvoirs accrus aux forces de police pour arrêter et détenir des suspects et c’est ce qu’il s’est passé seulement quelques heures après l’annonce du président.

Publicité

L’état d’urgence donne des pouvoirs accrus aux forces de police pour arrêter et détenir des suspects. Et c’est justement la demande de la Cour suprême, la semaine dernière, de libérer des opposants emprisonnés qui est à l’origine de la crise.

Jeudi, la Cour avait cassé leurs condamnations « politiques », selon elle. Ce qui a ouvert la voie à un retour d’exil de l’ancien président Nasheed, qui a indiqué dès vendredi qu’il se présentait à la présidentielle prévue cette année, puisque sa condamnation pour terrorisme est annulée.

Mais le gouvernement des Maldives a refusé de libérer les prisonniers, et a mis en garde contre toute tentative d’arrestation ou de destitution du président Yameen. Car jeudi dernier, la Cour suprême a également ordonné la réintégration de douze députés démis de leurs mandats pour avoir quitté le parti présidentiel et leur retour donnerait théoriquement à l’opposition la majorité absolue au Parlement, avec la possibilité de renverser le gouvernement et le président.

La première personne à avoir été arrêté suite à la mise en place de l’état d’urgence à peine quelques heures après est l’ancien président des Maldives, Maumoon Abdul Gayoom, âgé aujourd’hui de 80 ans. Il s’agît du demi-frère de l’actuel président. Il aurait été arrêté à son domicile selon sa fille qui a livré l’information sur les réseaux sociaux. Maummoon Abdul Gayoom, qui a dirigé le pays pendant 30 ans jusqu’aux premières élections démocratiques de 2008, s’était rangé aux côtés de l’opposition.

Le président est censé informé le Parlement de la mise en place de l’Etat d’urgence, mais Abdullah Yameen a suspendu le Parlement. C’est la seconde fois qu’il déclare l’état d’urgence. La première c’était en 2015, Abdullah Yameen affirmait alors qu’on avait tenté de l’assassiner.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.