Accéder au contenu principal
Philippines / Koweït

Philippines: Duterte interdit à ses concitoyens d'aller travailler au Koweït

Des travailleuses philippines rentrant du Koweït remplissent des formulaires à l'aéroport de Manille, le 18 février 2018.
Des travailleuses philippines rentrant du Koweït remplissent des formulaires à l'aéroport de Manille, le 18 février 2018. NOEL CELIS / AFP
Texte par : RFI Suivre
1 mn

C’était provisoire depuis février, c’est désormais définitif. Scandalisé par les mauvais traitements subis par certain employés de maison philippins au Koweït, le président philippin Rodrigo Duterte a désormais interdit à ses concitoyens d'aller y travailler. Un geste qui signe une nouvelle aggravation de la crise provoquée par le traitement des travailleurs étrangers dans ce pays.

Publicité

Les images durent une poignée de secondes. A chaque fois, la silhouette frêle, presque craintive, d’une femme, puis un homme qui vient en courant prendre son bagage et l’installe dans un 4x4 qui part en trombe. Ces scènes répétées ce sont celles d’employés de l’ambassade des Philippines au Koweït qui aident leurs concitoyennes employées de maison à quitter le pays en catimini.

Ces images ont fuité alors que les deux pays étaient en pleine négociation pour l’organisation du retour des domestiques victimes d’abus. Cela qui provoqué la fureur du Koweït, et malgré les excuses de Manille, le renvoi de l’ambassadeur des Philippines, l’arrestation de quatre de ses employés et des mandats d'arrêt contre trois diplomates. La réplique philippine a été immédiate avec le renvoi de l’ambassadeur du Koweït à Manille.

La confiance entre les deux pays est désormais au point mort. Le président Rodrigo Duterte a décidé d’interdire les recrutements mais appelle aussi les Philippins qui travaillent déjà au Koweït à rentrer dans leur pays.

Selon Manille, ils seraient un peu plus de 260 000 à travailler au Koweït, près de 60% comme employés de maison. Plus de deux millions de Philippins sont employés dans les pays du Golfe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.