Accéder au contenu principal
Taïwan / Chine

Taïwan perd encore un allié en faveur de la Chine: la République dominicaine

Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères Wang Yi salue son homologue dominicain Miguel Vargas pendant la cérémonie de signature d'un accord entre les deux pays, le 1er mai 2018 à Pékin.
Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères Wang Yi salue son homologue dominicain Miguel Vargas pendant la cérémonie de signature d'un accord entre les deux pays, le 1er mai 2018 à Pékin. REUTERS/Damir Sagolj/Pool TPX IMAGES OF THE DAY
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Taïwan semble de plus en plus isolé sur la scène internationale. Pékin, qui considère l’île comme une province rebelle, lui a arraché encore l’un de ses derniers fidèles alliés : la République dominicaine. Un document signé lors d’une cérémonie solennelle dans la capitale chinoise établit désormais des relations diplomatiques entre les deux pays.

Publicité

Avec notre correspondante à PékinHeike Schmidt

Poignée de main, hymnes et échange de traités, le tout dans une salle décorée des drapeaux nationaux. C’est ainsi que la République dominicaine et la Chine ont scellé leur pacte.

Changer de cap sera « extraordinairement positif pour l’avenir de notre pays », a déclaré le gouvernement à Saint-Domingue. Pour remplir les conditions dictées par Pékin, il suffisait de reconnaître qu’il n'y a « qu’une seule Chine dans le monde et que Taïwan fait partie du territoire chinois ».

Taipei n’a pas tardé à dénoncer « la diplomatie à coups de dollars ». Selon un responsable du ministère taïwanais des Affaires étrangères cité par l’agence de presse Reuters, Pékin aurait offert des investissements et des prêts pour une valeur de 3 milliards de dollars à la République dominicaine.

Après la Gambie, São Tomé et le Panama, la République dominicaine rejoint donc les pays qui ont tiré un trait sur leur relation avec Taïwan pour s’assurer les faveurs de Pékin. À présent, ils ne sont plus que 19 États qui restent fidèles à Taipei. Parmi eux se trouve le Vatican, qui lui aussi négocie actuellement un rapprochement avec Pékin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.