Accéder au contenu principal
Chine

Pékin-Washington: avancées «concrètes» et discussions «franches» sur le commerce

Les discussions entre la Chine et les Etats-Unis sur la question du commerce ont été «franches et amicales», selon le sécrétaire au Commerce Wilbur Ross, en visite à Pékin le 3 juin..
Les discussions entre la Chine et les Etats-Unis sur la question du commerce ont été «franches et amicales», selon le sécrétaire au Commerce Wilbur Ross, en visite à Pékin le 3 juin.. Andy Wong/Pool via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le secrétaire américain au Commerce est en visite à Pékin, accompagné d'une équipe d'une cinquantaine de négociateurs. Wilbur Ross est venu poursuivre les discussions au sujet des différends commerciaux qui opposent la Chine aux États-Unis. Washington exige de Pékin que la Chine achète plus de produits américains pour réduire son déficit commercial. Pékin montre des signes d'ouverture sans toutefois s'engager concrètement.

Publicité

Avec notre correspondante à Shanghai, Angélique Forget

Après une première journée de négociations, Wilbur Ross, a qualifié les discussions de « franches et amicales » et Pékin, de son côté, a évoqué dans un communiqué des avancées « concrètes et positives » sitôt la rencontre entre le secrétaire américain au Commerce et le vice-Premier ministre chinois terminée.

Les négociateurs chinois ont abordé ces pourparlers avec un objectif : calmer le jeu, empêcher l'instauration de nouvelles barrières douanières américaines. Et temporiser alors que Washington exige des changements concrets et structurels.

L'avertissement de Pékin

Pour l'instant, aucune annonce chiffrée n’a été faite, aucun engagement n'a été pris. Mais d'après les informations publiées dans la presse officielle chinoise, la Chine et les États-Unis ont réaffirmé leur souhait de ne pas entrer dans une guerre commerciale.

Une promesse que les deux plus grandes économies de la planète s'étaient déjà faite en mai dernier à Washington avant que Donald Trump ne remette sur la table des menaces d'instauration de barrières douanières.

Un ultimatum que Pékin n'a pas du tout apprécié. Le vice-Premier ministre chinois Liu He en charge des négociations l'a fait savoir à Wilbur Ross : si les menaces continuent, la Chine reviendra sur les derniers signes d'ouverture qu'elle a montrés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.