Accéder au contenu principal
Afghanistan

Afghanistan: attentat-suicide contre des chefs religieux à Kaboul

Les forces de sécurité patrouillent sur les lieux de l'attentat, le 4 juin 2018.
Les forces de sécurité patrouillent sur les lieux de l'attentat, le 4 juin 2018. REUTERS/Omar Sobhani
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Plusieurs personnes ont été tuées et plusieurs blessées dans un attentat-suicide contre un rassemblement de religieux à Kaboul, qui venaient justement de proclamer une fatwa contre le terrorisme.

Publicité

Vers 11h30 - heure locale - ce 4 juin, indique notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali, une attaque-suicide a visé le district PD5 de Kaboul où une réunion de 3 000 oulémas, des religieux musulmans, venait de prendre fin. Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué cet attentat qui a fait au moins huit morts et plusieurs blessés mais les talibans ont affirmé sur Twitter qu'ils n'étaient pas impliqués.

L'attaque s'est produite à l'extérieur de la tente, alors que les participants, qui venaient de délivrer une fatwa contre le terrorisme et les attaques-suicides, s'apprêtaient à quitter les lieux. Le kamikaze, habillé comme les invités, a déclenché sa charge à quelques pas de la sortie.

Les attaques-suicides, un « péché en islam »

Toute la zone située près de l’Université polytechnique, dans le nord-ouest de Kaboul, a rapidement été quadrillée par la police. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur a donné le chiffre de douze morts et blessés tandis que le chef de la police annonçait quatre morts et un blessé, tous des civils.

La zone de l'Université polytechnique, dans le nord-ouest de Kaboul, où a eu lieu un attentat-suicide contre un rassemblement d'oulémas ce 4 juin 2018.
La zone de l'Université polytechnique, dans le nord-ouest de Kaboul, où a eu lieu un attentat-suicide contre un rassemblement d'oulémas ce 4 juin 2018. RFI/Capture d'écran

Un porte-parole du gouvernement a publié sur Twitter le contenu de la fatwa, un décret religieux déclarant que « les attaques-suicides, les explosions pour tuer des gens, la division, l'insurrection, les différents types de corruption, les vols, les enlèvements et tout type de violence sont considérés comme de grands péchés en islam et comme des actions allant a l'encontre de Dieu ».

« Les guerres en cours en Afghanistan n'ont aucun fondement légal, seuls les Afghans en sont victimes, précise encore le texte. Elles n'ont aucune valeur religieuse ou humaine ». Les victimes sont principalement des habitants du quartier, indique le ministere de l'Intérieur. Les autorités afghanes doivent faire face à l'insurrection des talibans et aux attaques du groupe Etat islamique (EI), présent dans le pays depuis 2015.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.