Accéder au contenu principal
Pacifique

Traverser le Pacifique à la nage, le nouveau défi du Français Benoît Lecomte

Benoît Lecompte, sur le point de se lancer dans une traversée à la nage du Pacifique, ce mardi 5 juin 2018 à Chōshi, au Japon.
Benoît Lecompte, sur le point de se lancer dans une traversée à la nage du Pacifique, ce mardi 5 juin 2018 à Chōshi, au Japon. Martin BUREAU / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Premier homme à avoir traversé l’Atlantique à la nage il y a 20 ans, Benoît Lecomte, un architecte français de 51 ans, se lance ce mardi 5 juin 2018 dans la première traversée à la nage du Pacifique. Il est parti en matinée d’une plage à l’est de Tokyo, destination San Francisco, à quelque 9 000 km. Il compte y arriver d’ici six à huit mois. Objectif de cette traversée du Pacifique : alerter sur la pollution des océans envahis par le plastique.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

Palmes aux pieds, revêtu d'une combinaison de néoprène, Benoît Lecomte est parti d'une petite plage à l'est de Tokyo. Il nagera 8 heures par jour et dormira la nuit sur un voilier. Chaque jour, il brûlera 8 000 kilocalories (kcal).

Un voilier de 20 mètres le suit, chargé de près de 3 tonnes de nourriture. A bord se trouve une équipe de huit personnes dont deux médecins. Ceux-ci effectueront des recherches sur l'eau et le corps humain.

Longer Fukushima

Cet architecte de 51 ans installé aux Etats-Unis bénéficie du système de suivi cardiaque des astronautes de la NASA. Lequel permet de déterminer si l’activité physique intense provoque des lésions au cœur.

A la cheville, Benoît Lecomte porte un capteur destiné à mesurer la radioactivité de l'eau. Car le nageur longera la zone proche de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, accidentée en 2011.

Et les requins ?

« Le mental est beaucoup plus important que le physique. Pour oublier la souffrance, il faut dissocier l'esprit du corps. Le corps passe en pilotage automatique », confie le nageur à l'Agence France-Presse.

Quid des requins ? Il n'en a pas peur. Ils sont très curieux et ne sont pas là pour manger les hommes, affirme Benoît Lecomte. Mais pour les éloigner, tout de même, le Français porte un bracelet magnétique.

À relire: Des scientifiques créent par hasard une enzyme mangeuse de plastique

►À relire: ce mardi 5 juin, c'est la journée mondiale de l'environnement avec cette année comme thème principal la pollution plastique : notre focus sur l'Inde

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.