Accéder au contenu principal
Japon

Pour pallier au déclin démographique, le Japon adoucit ses mœurs migratoires

Tokyo, la capitale du Japon (août 2016).
Tokyo, la capitale du Japon (août 2016). TORU YAMANAKA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Japon décide, ce samedi 16 juin 2018, d'assouplir ses règles d'immigration très restrictives, en laissant entrer 500 000 travailleurs temporaires étrangers pour combler une pénurie aiguë de main-d’œuvre, appelée à s'aggraver en raison de l'accélération du déclin démographique de l'archipel. Un nouveau statut de visa va être créé pour permettre à des immigrés peu qualifiés de travailler.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

Le Japon est forcé d’admettre que son déclin démographique dérègle gravement le marché du travail et la vie des entreprises. Ce nouveau statut de visa permettra à 500 000 étrangers peu qualifiés de travailler dans les cinq domaines où la pénurie de main-d’œuvre est la plus grave : l'agriculture, les soins aux personnes âgées, le bâtiment et les travaux publics, la vente au détail et l’hôtellerie.

Mais les candidats devront parler la langue japonaise assez bien pour se débrouiller dans la vie quotidienne. Ils recevront un visa d’une durée de cinq ans, mais ne pourront pas faire venir leurs familles.

L’an dernier, le nombre de travailleurs étrangers a atteint le niveau record de 1,3 million, sur une population de 126 millions. La majorité - 30 % - sont chinois. Les Vietnamiens, les Népalais, sont en forte croissance. Ils viennent au Japon munis de visas d’étudiant ou d’apprentissage dans des entreprises pour une durée de trois ans. Mais ce nouveau statut de visa leur permettra de rester cinq ans de plus.

→ À relire : Au Japon, la mort d'un immigré ghanéen pourrait faire école

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.