Pakistan

Législatives au Pakistan: à Peshawar, l'ANP achève sa campagne dans la peur

L'ANP a été la cible d'un attentat suicide revendiqué par les talibans pakistanais, lors d'un meeting à Peshawar, Le 11 juillet 2018.
L'ANP a été la cible d'un attentat suicide revendiqué par les talibans pakistanais, lors d'un meeting à Peshawar, Le 11 juillet 2018. REUTERS/Fayaz Aziz

Au sein de la province du Khyber Pakhtunkhwa, qui a longtemps servi de fief aux talibans, un parti de gauche laïc et anticapitaliste, le Parti national Awami (ANP), monte dans les sondages. Mais deux attentats ces dernières semaines font craindre sur la participation du peuple pachtoune, majoritaire dans la province, aux élections législatives du 25 juillet.

Publicité

Avec notre correspondante à Peshawar, Solène Fioriti

Il aura changé le lieu de rendez-vous trois fois en un jour. A 68 ans, Syed Aqil Shah, candidat aux législatives de Peshawar, fait preuve d'une grande prudence. Lors des dernières élections, 600 membres de sa formation ont été tués dans des attaques revendiquées par les talibans. En cause, les valeurs progressistes de ce parti pachtoune, une ethnie que partage la majorité des terroristes.

« Tous les hommes nés dans ce monde, quels que soient leurs races, leurs religions, ou leurs sexes, tous sont égaux. Et Allah n'existe pas seulement pour les musulmans, il est pour tous les hommes sur cette terre, c'est ça la laïcité », affirme Syed Aqil Shah.

De 2008 à 2013, l'ANP gouvernait la province. Durant cette période, il a fait construire huit universités. C'est d'ailleurs en plein débat sur l'éducation qu'une bombe a explosé ici même lors d'un rassemblement électoral le 11 juillet dernier, tuant 20 militants.

Comme cinq ans plus tôt, il se pourrait que les effets de l'attentat dissuadent les partisans de l'ANP d'aller voter. « Notre coeur saigne, nous ne faisons que pleurer. Nous avons trop peur de voter, nous n'en sommes plus capables », confie Merza Gul, qui a perdu six membres de sa famille dans l'explosion.

Mais malgré la peur, les affiches rouges de l'ANP restent omniprésentes sur les murs de Peshawar. Comme celles du parti d'Imran Khan, donné grand favori de ces élections pakistanaises.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail