Chine

Médicaments douteux en Chine: les familles inquiètent pour leurs enfants

Boîtes de vaccins de la firme Changsheng Biotechnology, mise en cause dans une affaire de produits douteux: elle aurait vendu plus de 250 000 vaccins de mauvaise qualité contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.
Boîtes de vaccins de la firme Changsheng Biotechnology, mise en cause dans une affaire de produits douteux: elle aurait vendu plus de 250 000 vaccins de mauvaise qualité contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Reuters

En Chine, les parents s’inquiètent pour la santé de leurs enfants, après un nouveau scandale de vaccins de mauvaise qualité. Une grande firme pharmaceutique est accusée d’avoir falsifié les données de production d’un vaccin contre la rage et aussi d’avoir vendu au moins 250.000 doses d’un vaccin DTP contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche à des agences sanitaires. En visite en Afrique, même le président Xi a cru bon de réagir, dénonçant des « pratiques odieuses ». Plusieurs responsables ont été arrêtés. Mais le mal est fait, les parents hésitent avant de faire vacciner leurs bébés.

Publicité

avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Le couloir qui mène vers l’infirmerie est presque vide. Quelques parents, assis sur un banc, attendent une piqure pour leurs bébés, dans cet hôpital public qui propose des séances de vaccination gratuite.

Vaccins douteux: faut-il faire vacciner les enfants ? Ecoutez le reportage de notre correspondante

Mais peut-on vraiment faire confiance aux sérums fabriqués en Chine ? « Non », nous répond sans hésiter cette dame venue avec sa petite-fille. « Je ne prendrai plus que des vaccins importés pour notre petite, même s’il coûte 30 euros. Nous sommes inquiets, c’est notre enfant unique. Que fait le gouvernement ? Ma fille insiste pour que je demande un vaccin importé. C’est 30€ pour chacune des 5 piqures! Voilà, nous n'avons pas assez d'argent pour avoir un 2ème petit-enfant.»

Cinq responsables de l’entreprise incriminée ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir produit et vendu des vaccins inefficaces voire dangereux. Mais pour cette maman, les vrais coupables se trouvent dans les agences sanitaires gouvernementales qu’elle accuse de laxisme.

« Il faut des inspections strictes. Mon fils a juste quatre mois ! Nos enfants sont les ‘fleurons de la patrie’. Il faut bien contrôler chaque étape de la production des vaccins. Nous avons connus des scandales successifs. Sur les réseaux, on a créé un groupe de mamans… la plupart disent ne faire confiance qu’aux produits importés. »  

Les parents n’ont pas oublié le scandale du lait frelaté qui a provoqué, en 2008, la mort de six bébés et l’intoxication de 300.000 autres.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail