Corée du Sud

La Corée du Sud refuse l'asile à 400 réfugiés yéménites face à la polémique

Les réfugiés yéménites devant les locaux de la Croix-Rouge coréenne à Jeju, en Corée du Sud, le 19 juin 2018.
Les réfugiés yéménites devant les locaux de la Croix-Rouge coréenne à Jeju, en Corée du Sud, le 19 juin 2018. Min Too Kim/The Washington Post via Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Près de 400 migrants yéménites arrivés en Corée du Sud en début d’année se sont vus refuser le statut de réfugiés et le droit d’asile par les autorités sud-coréennes.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

La présence de 500 Yéménites coincés sur l’île touristique de Jeju affole depuis des mois réseaux sociaux et médias sud-coréens. Ces réfugiés cherchent à échapper à l’atroce conflit au Yémen et avaient choisi Jeju pour son programme d’exemption de visa, destiné à attirer les touristes.

Mais dans une Corée du Sud encore peu habituée à la présence d’étrangers non-asiatiques, leur arrivée avait suscité de violentes réactions xénophobes et islamophobes. 700 000 personnes ont signé une pétition demandant de durcir les critères d’accueil des réfugiés. Un Coréen sur deux s’oppose à ce que le droit d’asile leur soit accordé.

4% de demandes d'asile acceptées

Les autorités ont finalement tranché : l’asile a été refusé à tous: 339 ont reçu un visa humanitaire valable un an et 34 seront expulsés. Les autres attendent toujours une décision. Depuis 1994, la Corée du Sud n’a accepté que 4% des demandes d’asile. Un chiffre qui ne prend pas en compte les réfugiés nord-coréens, considérés légalement comme citoyens sud-coréens.

Suite à cette décision, la plupart des réfugiés yéménites vont donc pouvoir quitter l’île de Jeju où ils étaient bloqués. Ils pourront néanmoins rester sur le territoire sud-coréen avec un permis de séjour humanitaire valable un an.

Depuis le début de l’année, près de 500 Yéménites fuyant la guerre dans leur pays natal ont trouvé refuge sur l’île sud-coréenne de Jeju. Une arrivée qui avait provoqué une forte vague de réactions xénophobes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail