Accéder au contenu principal
Afghanistan / Talibans

Afghanistan: le chef de la police de Kandahar tué à deux jours des élections

Le puissant chef provincial de la police de Kandahar, Adbul Raziq, a été tué ce jeudi 18 octobre dans une attaque revendiquée par les talibans..
Le puissant chef provincial de la police de Kandahar, Adbul Raziq, a été tué ce jeudi 18 octobre dans une attaque revendiquée par les talibans.. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Une fusillade revendiquée par les talibans à l'intérieur du gouvernorat de Kandahar, où se trouvait le commandant des forces de l'Otan en Afghanistan, a fait jeudi trois morts, dont un puissant responsable de la police afghane, et 12 blessés.

Publicité

C’est un garde du corps du gouverneur de la province de Kandahar qui a ouvert le feu, selon sources sécuritaires rapportées par notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali. L’homme a commencé à tirer au moment où les hauts responsables réunis pour discuter de la sécurité des bureaux de vote samedi quittaient les lieux.

Le général Raziq, chef de la police de la province de Kandahar, a été tué par des balles reçues dans le dos. Le chef provincial du NDS, les services de renseignement afghan, a également été tué. Plusieurs autres personnalités de haut rang ont été touchées dans les échanges de tirs qui ont suivi, dont le gouverneur de la province qui est dans un état critique. Selon le centre de soutien aux médias en Afghanistan, le NAI, un journaliste a également été tué dans la fusillade.

Le général américain Scott Miller, en poste depuis un peu plus d’un mois seulement, et également présent sur les lieux, n’a pas été touché, fait savoir le service de communication de l’Otan en Afghanistan.

Cette attaque a été revendiquée par les talibans qui se sont fendus de plusieurs messages ces derniers jours pour inciter la population à ne pas aller voter, pour inciter les mollahs et les enseignants à s’opposer au scrutin. Ils promettent de s’en prendre aux forces gouvernementales, et ont multiplié au cours des semaines passées les attaques contre des candidats aux élections ou encore contre des figures gouvernementales telles que le général Raziq, qui était l’un de leurs plus fervents détracteurs.


Kandahar, bastion des talibans

Kandahar est la deuxième plus grande ville d'Afghanistan, le foyer historique des Pachtounes et le bastion des talibans, majoritairement issus de cette ethnie. La province a été le siège du mouvement islamiste de 1994 à 2001, l'année des attentats du 11-Septembre et de l'intervention américaine.

C'est aussi là qu'est né le chef des talibans, le mollah Omar. L'ancienne capitale impériale jouit d'une position stratégique, elle a servi aux talibans de point de départ pour conquérir le sud, l'est et le centre du pays.

La province a accueilli en 2006 un contingent canadien des forces de l'ISAF. En 2011, le commandement des opérations a été repris par les Américains. Depuis la fin des années 1970, Kandahar a changé de mains à plusieurs reprises, elle a été le théâtre de violents combats entre Soviétiques et moudjahidines, entre diverses factions de la résistance, puis entre talibans et forces de l'ISAF.

La province du sud a aussi connu quelques années de répit et une amélioration de la situation sécuritaire notamment grâce aux méthodes musclées du puissant commandant de la police locale, le général Abdul Razeq, l'ennemi acharné des talibans. Son assassinat jeudi risque de plonger la province dans un nouveau cycle de violence.

(Ré) écouter : L’Afghanistan à l’épreuve des élections (Décryptage)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.