Accéder au contenu principal
Nouvelle-Calédonie

Référendum en Nouvelle-Calédonie: un processus vieux de 30 ans

Des gendarmes en patrouille devant la mairie de Poya, le 8 mai 1988, pendant le second tour de la présidentielle française, quelques jours après l'assaut de la grotte de Gossanah à Ouvéa le 5 mai.
Des gendarmes en patrouille devant la mairie de Poya, le 8 mai 1988, pendant le second tour de la présidentielle française, quelques jours après l'assaut de la grotte de Gossanah à Ouvéa le 5 mai. REMY MOYEN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’est l’un des 17 territoires à décoloniser dans le monde, selon l’ONU. J-1 avant le référendum en Nouvelle-Calédonie. L’archipel du Pacifique, 280 000 habitants, situé à 18 000 kilomètres de Paris, décide de son avenir ce dimanche 4 novembre 2018 : rester ou non rattaché à la France. Comment en est-on arrivé là ? Et qui vote ?

Publicité

Avec notre envoyé spécal à Nouméa,  Julien Chavanne

Une question : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? » Deux bulletins : « oui », « non ». La Nouvelle-Calédonie se prépare à un moment historique, inédit sur le territoire français, 165 ans après l’arrivée des premiers colons.

Ce scrutin, c’est l’aboutissement d’un long processus, débuté dans le sang il y a 30 ans. En 1988, la prise d’otages d’Ouvéa et ses 25 morts servent d’électrochoc. Loyalistes et indépendantistes se remettent à la table des discussions et aboutissent aux accords de Nouméa dix ans plus tard, en 1998.

La promesse à ce moment-là ? Organiser un référendum dans un délai maximum de 20 ans. Nous y sommes. Mais tout le monde ne pourra pas voter. Seuls les Calédoniens qui vivent sur place depuis au moins le 31 décembre 1994 pourront y participer, soit 174 154 électeurs.

Si le « oui » l’emporte, ce qui semblait ces derniers jours improbable au vu des enquêtes, la Nouvelle-Calédonie récupérera les pouvoirs régaliens et deviendra pleinement souveraine d’ici quatre ans. Si c’est le « non » qui gagne, deux autres référendums pourront être organisés avant 2022.

→ La revue de presse du 2 novembre : Le référendum historique en Nouvelle-Calédonie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.