Accéder au contenu principal
Corée du Sud

Corée du Sud: Séoul toujours noyée sous un épais brouillard de particules fines

Une vue de Séoul, noyée sous un épais brouillard de pollution le 15 janvier 2019.
Une vue de Séoul, noyée sous un épais brouillard de pollution le 15 janvier 2019. REUTERS/Kim Hong-Ji
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Corée du Sud, la pollution de l’air continue d’atteindre des niveaux record depuis plusieurs jours : à Séoul, le taux moyen de particules ultrafines dans l’atmosphère était de 118 microgrammes par m3 lundi, soit le plus haut niveau jamais atteint depuis qu’il est mesuré par le gouvernement, rapporte l’agence Yonhap. C’est environ cinq fois le maximum recommandé par l'OCDE. La gravité de cette pollution persistante perturbe la vie quotidienne, et les timides contre-mesures mises en place par le gouvernement sont jugées bien insuffisantes.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

Séoul a disparu, ensevelie sous un épais voile brumeux : plus de ciel, plus d’horizon, juste du gris partout.

Les passants portent des masques blancs, remparts dérisoires contre ces particules métalliques, 30 fois plus fines que le diamètre d’un cheveu, qui pénètrent dans le sang et provoquent des maladies des poumons et du cœur.

Les Coréens se calfeutrent chez eux, ils annulent leurs rendez-vous, préfèrent ne pas envoyer leurs enfants à la crèche. Les cabinets des médecins débordent.

Les autorités ont réagi ce lundi 14 janvier en interdisant aux vieux véhicules diesel de circuler dans Séoul et en obligeant la moitié des fonctionnaires à laisser leur voiture au garage.

Les centrales électriques au charbon fonctionnent à 80% de leur capacité. Mais ces mesures sont jugées insuffisantes face à la gravité du problème.

Si les Coréens accusent souvent la Chine voisine de polluer leur atmosphère, plusieurs études ont montré que la moitié environ de ces particules fines provient de Corée.

Le gouvernement continue pourtant de construire des centrales au charbon et ne met en place aucune véritable politique d’économies d’énergie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.