Philippines

Philippines: référendum sous tension à Mindanao, dans le sud de l'archipel

Des femmes votent dans un bureau à Cotabato, sur l'île de Mindanao dans le sud de l'archipel des Philippines, le 21 janvier.
Des femmes votent dans un bureau à Cotabato, sur l'île de Mindanao dans le sud de l'archipel des Philippines, le 21 janvier. Noel CELIS / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Référendum sous haute tension dans le sud des Philippines, sur la grande île de Mindanao. Ce lundi 21 janvier, près de trois millions de Philippins sont appelés à se prononcer sur la création d'une nouvelle région autonome musulmane. L'initiative répond à l'accord de paix conclu en 2014 avec les rebelles musulmans pour tourner la page de plusieurs décennies d'insurrection meurtrière.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Cotabato, Marianne Dardard

Devant l'école Central Pilot de Cotabato protégée par les tanks de l'armée, la file s'étend sur des centaines des mètres. Les électeurs patientent dans le calme, quand soudain, une dispute éclate à l'intérieur du bureau de vote. Les militaires accourent avant de disperser la foule : un électeur vient de tenter de voter frauduleusement en utilisant différents papiers d'identité.

Vigilance particulière

Alors que les Philippines connaissent un fort niveau de violence électorale, encore plus en période électorale, le référendum pour la création d'une nouvelle région autonome musulmane fait l'objet d'une vigilance toute particulière sur l'île de Mindanao, placée sous loi martiale, depuis le siège en 2017 de la ville de Marawi par des jihadistes se réclamant du groupe Etat islamique.

Khalid Mero est l'un des observateurs du vote, côté ancien rebelle. « Nous sommes là pour nous assurer par exemple s'il y a suffisamment d'observateurs dans chaque bureau, et si les urnes sont bien ouvertes et vides avant utilisation. »

Les urnes envoyées par avion à Manille

Musulmane, Jehan Usop, est, elle, venue pour le compte du Conseil pastoral pour le vote responsable, une organisation chrétienne. « A l'origine il n'y avait pas assez de volontaires disponibles et c'est pour cette raison que je me suis proposée pour observer le scrutin. »

A l'issue du vote, les urnes seront envoyées par avion à Manille, la capitale, d'où seront annoncés les résultats pour plus de transparence.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail