Chine

Chine: un avocat des droits de l'homme disparaît après sa libération

L'avocat Jiang Tianyong en train de répondre aux journalistes, le 2 mai 2012 à Pékin. Archive d'illustration.
L'avocat Jiang Tianyong en train de répondre aux journalistes, le 2 mai 2012 à Pékin. Archive d'illustration. AFP PHOTO/Mark RALSTON

Un avocat chinois spécialisé dans les droits de l'homme, Jiang Tianyong, devait être libéré jeudi 28 février, après deux ans de prison pour « incitation à la subversion ». Il a disparu après sa libération.

Publicité

Des soutiens de l'avocat Jiang Tianyong l'attendaient jeudi à sa sortie d'un centre de détention de Xinxiang, dans la province du Shandong (est). Ils ont affirmé avoir été informés par la police que l'avocat avait été « emmené », sans plus de précisions.

Sa soeur et son père, qui prévoyaient de l'attendre devant la prison, sont eux aussi injoignables depuis mercredi 27 février, a expliqué l'épouse de M. Jiang. « Je suis en colère contre les autorités. La loi chinoise, ça n'a aucune valeur », a déclaré Jin Bianling depuis les Etats-Unis. « Je me m'attendais pas à ce qu'il disparaisse après avoir purgé sa peine », a-t-elle ajouté.

Répression des avocats des droits de l'homme

Les autorités n'étaient pas immédiatement joignables pour un commentaire.
La disparition de Jiang Tianyong et de membres de sa famille intervient à l'heure où la Chine poursuit sa répression d'avocats des droits de l'homme. Les autorités avaient interpellé en juillet 2015, lors d'un vaste coup de filet, quelque 200 avocats, juristes, et militants s'occupant d'affaires sensibles.

La plupart ont depuis été libérés mais un petit nombre ont été condamnés à de lourdes peines de prison. Jiang Tianyong, né en 1971, s'est occupé dans le passé d'affaires sensibles comme celles d'adeptes du mouvement religieux interdit Falun Gong, de militants tibétains ou de victimes d'un scandale de lait contaminé. L'avocat s'était vu retirer sa licence professionnelle en 2009, puis avait disparu soudainement fin 2016, avant d'être jugé en août 2017.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail