Accéder au contenu principal
Chine

La tournée de Xi Jinping en Europe vue par les réseaux chinois

Le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron sont photographiés avec le président chinois Xi Jinping et son épouse Peng Liyuan, à Beaulieu-sur-Mer le 24 mars 2019.
Le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron sont photographiés avec le président chinois Xi Jinping et son épouse Peng Liyuan, à Beaulieu-sur-Mer le 24 mars 2019. REUTERS/Jean-Paul Pelissier/Pool

Xi Jinping est à Paris ce lundi 25 mars. Il est arrivé dimanche à Nice, après Monaco et l’Italie. Comment est perçue, sur les réseaux sociaux, cette mini-tournée européenne du président chinois ?

Publicité

De notre correspondant à Pékin,

Xi Jinping poursuit sa tournée européenneavec un passage par la France en ce début de semaine. Très suivi par les médias officiels, ce nouveau voyage vers l’Ouest du président chinois arrive en première place des sujets les plus lus sur les réseaux ce lundi 25 mars. 530 millions de clics sur Sina Blog, notamment pour une vidéo très partagée de la télévision centrale de Chine où l’amitié France-Chine est mise en valeur à grand renfort d'accordéon et de belles images de Paris.

Un grand enthousiasme patriotique aussi : « Bravo la Chine ! », écrit un internaute sous le pseudonyme « Contre vents et marées ». Beaucoup de « zhongguao jiao » (« Allez la Chine ») sur le réseau WeChat, où visiblement les commentaires négatifs n’ont pas leur place. Sans parler, évidemment, des félicitations adressées à Xi Jinping. « Notre président rend service au peuple, on va réaliser le rêve chinois », lit-on chez un admirateur dont le pseudonyme affiche la couleur : « Notre pays debout ».

Le mémorandum italien salué par les internautes

Le rêve chinois a été en partie réalisé en Italie, avec la signature d’un mémorandum d’accord sur l’initiative chinoise des routes de la soie. Et sur ce point, les claviers applaudissent à tout rompre. Ce document signé par Rome donne visiblement de l’appétit à certains. « Je vais manger davantage de spaghettis », s’enthousiasme un internaute, quand d’autres s’engagent à voyager en Italie pour leurs prochaines vacances. Sur son compte WeChat, le journal Cankao affirme que ce mémorandum crée une « percée », une « brèche » dans le G7, décrit comme le groupe des pays « les plus puissants du bloc occidental ».

Une analyse partagée par Niu Tan Qin, qui évoque « l’avancée la plus importante de la diplomatie chinoise ». « Depuis le lancement du projet chinois "Ceinture et routes" il y a cinq ans, le G7 nous a ignorés, les pays du G7 se sont montrés très froids en raison des pressions américaines », affirme ce groupe d’experts très présent sur les réseaux sociaux.

Le trophée italien de Xi Jinping est comparé à l’adhésion en 2015 du Royaume-Uni – suivi par la France, l’Allemagne et l’Italie - à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) proposée par la Chine. Objectif, toujours selon le think tank numérique Niu Tan Qin : « Libérer l’ordre financier international de son contrôle exclusif par l’Occident ».

Les termes de « jeux de cartes », de « dominos »  aussi reviennent régulièrement dans les commentaires. « On verra bientôt quelle carte va tomber après l’Italie », écrit ainsi un internaute répondant au pseudonyme de « Grand-père ».

Peu de commentaires sur le « réveil européen »

On lit encore peu de choses, en revanche, sur le « réveil européen », la méfiance d’une partie de l’Europe vis-à-vis des projets chinois. Il faudra peut-être attendre la réunion inédite de ce mardi où sont conviés, en plus des présidents chinois et français, la chancelière allemande et le président de la Commission européenne.

Ce voyage de Xi Jinping, juste avant le sommet Chine-Europe, étant aussi une manière de montrer aux Etats-Unis que la Chine n’est pas toute seule, les autorités chinoises préfèrent visiblement ne pas hausser le ton pour le moment. Seul l’éditorialiste du Huanqiu Shibao-Global Times, dans sa version anglophone, critique ce « réveil » ou cette « méfiance » européenne, se permettant un peu d’ingérence au passage : « La Chine soutient une Union européenne unie, forte et indépendante, alors que les Etats-Unis souhaitent que Washington conserve une position centrale en Occident. L’obstacle au renforcement de l’Union européenne vient des Etats-Unis et non de la Chine. Ceux qui ne le voient pas ne sont pas qualifiés pour diriger l’Europe ». Une prise de position exprimée sur le compte Twitter de l’éditorialiste, Twitter étant censuré en Chine.

►A (re)lire : Chine-Europe: visite de Xi Jinping en Italie, à Monaco et en France

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.