Accéder au contenu principal
Chine / Canada

Les deux Canadiens détenus en Chine inculpés pour espionnage

Michael Kovrig (à gauche) et Michael Spavor.
Michael Kovrig (à gauche) et Michael Spavor. Montage Avec photos AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Alors que la crise diplomatique perdure entre Pékin et Ottawa après l'arrestation au Canada de la numéro 2 de Huawei, la justice chinoise a inculpé ce jeudi 16 mai les deux Canadiens arrêtés en décembre dernier. Le Premier ministre Justin Trudeau promet de défendre les Canadiens détenus « arbitrairement » en Chine.

Publicité

La justice chinoise a choisi les chefs d'inculpation les plus lourds : espionnage, recueil de secrets d'État, vol et transmission d'informations confidentielles à l'étranger. Pour elle, Michael Kovrig et Michael Spavor sont assimilés à des agents du renseignement.

Cette inculpation marque un nouvel épisode dans la crise diplomatique qui a éclaté avec l'arrestation de la numéro 2 de Huawei sur le sol canadien. La Chine a très vite réagi en interpellant les deux ressortissants canadiens, détenus depuis décembre dernier dans un lieu inconnu.

Michael Kovrig est chercheur. Ancien diplomate à l'ONU, il travaille pour l'ONG International Crisis Group et rédige des rapports d'analyse sur la politique intérieure et régionale de Pékin. Michael Spavor est, quant à lui, consultant. C'est un homme d'affaires, très proche du régime nord-coréen. Il est même l'un des rares Occidentaux à fréquenter Kim Jong-un. Sur son compte Instagram, on le voit ainsi partager un cocktail avec le dictateur nord-coréen sur son yacht personnel.

Les autorités chinoises possèdent-elles des preuves tangibles contre ces deux hommes ? Personne ne le sait. Jusqu'ici, ils n'ont pas pu avoir accès à un avocat. Le ministère canadien des Affaires étrangères répète qu'il exige leur libération immédiate et parle d'arrestations arbitraires.

À Paris, lors d'une conférence de presse ce jeudi 16 mai, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a promis défendre les Canadiens détenus « arbitrairement » en Chine. « Nous défendrons toujours et sans relâche les Canadiens, en particulier ces Canadiens qui sont détenus arbitrairement », a déclaré le M. Trudeau.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.