Accéder au contenu principal
Sri Lanka

Une figure controversée du renseignement sri-lankais rappelé après les attentats

Des militants sri-lankais rendent hommage aux journalistes tués dans l'exercice de leurs fonctions, le 29 janvier 2019.
Des militants sri-lankais rendent hommage aux journalistes tués dans l'exercice de leurs fonctions, le 29 janvier 2019. LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Cri d'alarme du Comité de protection des journalistes concernant le Sri Lanka. Cet organe chargé de défendre la liberté de la presse dans le monde dénonce le retour en grâce d'un cadre de la police sri-lankaise. Malgré un très lourd passif, le major Prabath Bulathwatte reprend du service pour enquêter sur les attentats de Pâques. Il avait pourtant été écarté après des accusations d'assassinat et de torture sur plusieurs journalistes à la fin des années 2000.

Publicité

La justice n'a jamais condamné Prabath Bulathwatte, mais dans plusieurs affaires, c'est le suspect numéro un. En 2009 par exemple, dans l'affaire de la mort  Lasantha Wickrematunge, rédacteur en chef d'un quotidien indépendant, le Sunday Leader : des hommes masqués bloquent sa voiture sur le bord de la route et le tabassent avec des barres de fer. Il ne survivra pas à ses blessures.

Quinze jours plus tard : tentative d'assassinat d'un chroniqueur critique du pouvoir. Molesté avec sa femme en pleine rue, il sera forcé de s'exiler aux États-Unis, où il vit depuis 10 ans. Il y a aussi le célèbre éditorialiste Keith Noyahr, enlevé, détenu et torturé pendant sept heures en 2008.

La liste est longue et tout converge vers un escadron secret des services de renseignement, sorte de milice chargée de faire taire quiconque s'intéressait de trop près à la politique sécuritaire sri-lankaise pendant la guerre avec les Tigres tamouls. Or, qui dirigeait cet groupe clandestin ? Prabath Bulathwatte. Le voir reprendre des fonctions au sein de l'appareil sécuritaire, écrit le Comité de protection des journalistes, c'est la garantie de nouvelles menaces contre la liberté de la presse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.