Accéder au contenu principal
Canada / Philippines / Malaisie

Philippines et Malaisie ne veulent plus garder les déchets du Canada

Les diplomates de l'ambassade des Philippines au Canada, située à Ottawa, ont été rappelés par le président Duterte.
Les diplomates de l'ambassade des Philippines au Canada, située à Ottawa, ont été rappelés par le président Duterte. REUTERS/Chris Wattie
Texte par : Pascale Guéricolas
3 mn

Des déchets canadiens non recyclables sont conservés depuis des années dans des ports de Manille et Subic. Une situation que les deux pays ne supportent plus et qui embarrasse le Canada.

Publicité

Avec notre correspondante à Québec,

L'imbroglio ménager débute en 2013. À l’époque un navire chargé de conteneurs remplis soi-disant de plastique à recycler arrive dans deux ports philippins. Surprise, une fois le bateau déchargé, on y découvre des ordures, des bouteilles en plastique, des sacs de journaux et des couches pour adultes usagés. Rien de bien recyclable là-dedans.

Rebelote l’année suivante : en tout 103 conteneurs remplis de déchets inutilisables arrivent du Canada. Sauf qu’il s’avère impossible de les réexpédier à l’envoyeur, puisque la compagnie maritime impliquée a, entretemps, fait faillite.

Les conteneurs macèrent donc au soleil à Manille et à Subic, jusqu’à ce que, récemment, le ministère philippin de l’Environnement en détruise une trentaine. 69 restent donc sur le carreau, au grand dam du président philippin Rodrigo Duterte.

Les Philippines en colère

Celui-ci rappelle d'abord ses diplomates en poste au Canada. Puis il fixe une date butoir, le 15 mai, pour que les conteneurs reviennent à la maison. Face à l’ultimatum, la ministre canadienne de l’Environnement a trouvé une compagnie française de navigations, Bolloré. Sauf qu’il faut traiter en partie les déchets avant qu’ils n’entreprennent un si long voyage. Un des conteneurs, par exemple, serait infesté de termites.

Ce paquet malodorant pourrait prendre la mer fin juin. Une date beaucoup trop loin selon le président philippin. Il menace d’affréter un navire et de larguer sa cargaison à douze milles nautiques des côtes canadiennes, dans les eaux internationales.

Le Canada gêné aux entournures

Le Canada n'a pas encore répliqué officiellement. D’autant plus qu’une nouvelle tuile lui est tombée sur la tête : la Malaisie menace de renvoyer 3 000 tonnes de déchets de plastique provenant des États-Unis, de la Grande-Bretagne, mais aussi du Canada.

Le pire, c’est que ce pays a signé il y a plusieurs années l’accord de Bâle. Cette entente prévoit que les nations plus développées n’envoient plus leurs déchets dans les pays en développement. Or, depuis que la Chine a banni le traitement des résidus de plastique sur son territoire, les recycleurs canadiens ont bien du mal à trouver des débouchés pour le contenu des bacs de recyclage.

Plusieurs usines de traitement très performantes sont en construction actuellement dans le pays, mais en attendant les stocks soigneusement triés par les consommateurs s’empilent.

► Lire aussi : La lutte contre la pollution plastique, un enjeu international

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.