Accéder au contenu principal
Chine / États-Unis

Sommet asiatique de Shangri-La: Washington veut maintenir le dialogue avec Pékin

Le ministre de la Défense chinois, Wei Fenghe et le secrétaire à la Défense par intérim américain Patrick Shanahan au «Shangri-La dialogue» à Singapour le 1er juin 2019.
Le ministre de la Défense chinois, Wei Fenghe et le secrétaire à la Défense par intérim américain Patrick Shanahan au «Shangri-La dialogue» à Singapour le 1er juin 2019. REUTERS/Feline Lim
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Nouvelle escalade dans la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. Pékin applique dès aujourd’hui de nouvelles taxes douanières sur les produits américains pour une valeur de 60 milliards de dollars. Mais côté diplomatique, les deux pays semblent tenter d’enrayer les tensions dans un certain « statu quo ». A Singapour, au sommet du Shangri-La pour la défense asiatique, organisé par l’Institut des études de défense et de stratégie (IISS), le secrétaire de la Défense américain a délivré un discours ferme, mais avec une main tendue envers Pékin.

Publicité

Avec notre correspondante à Singapour, Carrie Nooten

Le « Shangri-La dialogue » s’est ouvert vendredi 31 mai au soir avec la crainte que les mauvaises relations sino-américaines occultent tous les autres dossiers. Côté chinois, la délégation est particulièrement importante, avec la présence de militaires plus gradés que d’habitude - c’est seulement la seconde fois en 18 ans que Pékin y envoie son ministre de la Défense - et aussi de militaires plus nombreux dans toutes les sessions.

Faire entendre sa version

Une stratégie jugée agressive par certains, mais pour Meia Nouwens, chercheuse de l’IISS spécialisée sur la défense chinoise, c’est un moyen pour Pékin, qui se sent marginalisé globalement, de faire entendre sa version des faits.

« Ça a surpris Pékin qu’il y ait eu autant de critiques et d’attaques en 2018 et 2019, pas seulement sur le projet de la nouvelle route de la soie, ou la militarisation de la mer de Chine du Sud, ou encore la guerre commerciale de la 5G avec Huawei, explique-t-elle. Donc la Chine va vouloir donner sa version, c’est une stratégie pour contrer ces menaces qui s’élèvent dans le monde entier, et qu’ils appellent la mentalité de la guerre froide. »

Construire ensemble des règles

Côté américain, le secrétaire de la Défense par intérim Patrick Shanahan a rencontré son homologue chinois en marge du sommet vendredi. Tout en tenant un discours très ferme à propos de la Chine ce samedi matin, il a insisté sur la nécessité de construire des règles ensemble, et de s’y tenir, maintenant ainsi le dialogue ouvert : « La Chine, dit-il, peut et doit avoir des relations de coopération avec le reste de la région. Mais les comportements qui érodent la souveraineté d'autres nations et qui sèment la méfiance à l'égard des intentions chinoises doivent cesser. A mon avis la Chine peut toujours avoir une relation de coopération avec les Etats-Unis. C'est dans l'intérêt de la Chine. Aucun pays n'a bénéficié plus de l'ordre régional et mondial que la Chine. Des millions de Chinois se sont affranchis de la pauvreté et bénéficient aujourd’hui de la prospérité ». Réponse de Pékin ce dimanche 2 juin avec le discours très attendu du général Wei, le ministre de la Défense chinois.

Donald Trump considère que les déficits commerciaux des États-Unis avec d'autres pays sont illégitimes. Il est persuadé qu'il faut un équilibre commercial pour avoir une situation économique qu'il juge saine.

Grégory Vanel, professeur d’économie à Grenoble École de Management

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.