Accéder au contenu principal
Malaisie

Scandale 1MDB: la Malaisie veut récupérer 57 millions d'euros d'actifs

L'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak quitte le palais de justice à Kuala Lumpur le 12 décembre 2018 après avoir été inculpé pour son implication dans le scandale du fonds 1MDB.
L'ancien Premier ministre malaisien Najib Razak quitte le palais de justice à Kuala Lumpur le 12 décembre 2018 après avoir été inculpé pour son implication dans le scandale du fonds 1MDB. MOHD RASFAN / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Malaisie a enclenché une procédure de confiscation d'actifs obtenus grâce au pillage du fonds souverain 1MDB. Ce vaste scandale financier a fait l'objet de nombreuses enquêtes judiciaires et a contribué à la chute de l'ex-Premier ministre Najib Razak, inculpé de corruption. La commission anti-corruption malaisienne espère ainsi récupérer quelque 57 millions d'euros, une goutte d'eau face au 5 milliards de dollars d'actifs détournés, que Kuala Kumpur voudrait récupérer.

Publicité

Au total, 41 entités et individus sont visés par la procédure de confiscation de biens acquis frauduleusement. Une procédure qui dispense l'agence anti-corruption d'engager un procès. Elle espère ainsi récupérer au moins 57 millions d'euros. Une somme infime au regard des milliards qui ont été détournés du fonds souverain malaisien entre 2009 et 2014.

Achats de yachts ou d'oeuvres d'art

Les fonds ont transité d'un compte en banque local lié à l'ancien Premier ministre Najib Razak vers des bureaux de son parti ou des partis de sa coalition, mais aussi des organisations caritatives, des hommes d'affaires ou des officiels émiratis. L'argent était investi dans divers placements comme des actions, des obligations, de l'immobilier ou des achats de yachts ou d'oeuvres d'art.

Six pays mènent l'enquête

L'agence anti-corruption espère recouvrir à terme tous ces actifs disséminés un peu partout à l'étranger. Au moins six pays dont Singapour et la Suisse mènent l'enquête. Depuis sa chute du pouvoir, Najib Razak fait l'objet de pas moins de 40 poursuites judiciaires. Libéré sous caution, il clame son innocence.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.