Accéder au contenu principal
Inde

Inde: l'Etat du Bihar en proie à une grave épidémie d'encéphalite aiguë

Hôpital de Muzzafarpur, en Inde, épicentre d'une épidémie d'encéphalite aiguë qui a causé la mort d'une centaine d'enfants depuis le 1er juin.
Hôpital de Muzzafarpur, en Inde, épicentre d'une épidémie d'encéphalite aiguë qui a causé la mort d'une centaine d'enfants depuis le 1er juin. REUTERS/Alasdair Pal
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Inde, l'épidémie d’encéphalite aiguë qui touche l’Etat du Bihar a fait près de 150 morts depuis le début du mois. La grande majorité des victimes sont des enfants. La Cour suprême a lancé lundi 24 juin un ultimatum au gouvernement indien ainsi qu’au gouvernement régional de cette région pauvre de l’Est de l’Inde pour s’expliquer sur les raisons de ce bilan, et détailler les mesures prises pour combattre cette épidémie.

Publicité

De notre correspondant  à New Delhi, Antoine Guinard

Le gouvernement du Bihar a une semaine pour livrer un compte-rendu des infrastructures médicales et des conditions d’hygiène et d’alimentation dans l’Etat. Cette directive de la Cour suprême indienne fait suite à une plainte déposée ce lundi 24 juin au nom de l’intérêt général par deux avocats qui dénoncent l’inaction et la négligence des autorités face à cette épidémie d’encéphalite aiguë. 

Depuis le 1er juin, plus de 600 enfants ont été hospitalisés, la vaste majorité dans le district de Muzaffarpur. Le chef du gouvernement du Bihar, Nitish Kumar, s’était rendu dans l’hôpital public de cette localité, l’épicentre de l’épidémie. Mais sa venue, 18 jours après les premiers décès, avait été jugée bien trop tardive par les familles des victimes et la population locale.

Dans leur plainte, les avocats demandent entre autres choses la mise en place de centaines d’unités de soins intensifs stationnaires et mobiles, afin renforcer les infrastructures médicales, inadéquates pour faire face à cette crise. 

L’encéphalite aiguë frappe tous les ans cette région pauvre de l’Inde. Les enfants mal nourris de moins de 15 ans sont particulièrement vulnérables à cette maladie, qui se propage notamment par la consommation de litchis pas encore mûrs, un fruit que l’on fait pousser en abondance au Bihar. Une toxine présente dans les graines de litchis qui certaines fonctions de l'organisme chez les enfants dénutris et fragiles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.