Accéder au contenu principal
Chine

Chine: l'épouse de l'avocat Wang Quanzhang rend visite à son mari en prison

Li Wenzu, épouse de l'avocat Wang Quanzhang (photo d'illustration).
Li Wenzu, épouse de l'avocat Wang Quanzhang (photo d'illustration). REUTERS/Damir Sagolj
3 mn

L’épouse de l’avocat Wang Quanzhang a pu rencontrer son époux ce vendredi 28 juin, à l'isolement depuis quatre ans. Ce défenseur des droits de l’homme a été reconnu coupable d’incitation à la subversion du pouvoir de l’état en janvier dernier. Les courtes retrouvailles ont eu lieu dans sa prison de l’est de la Chine à 600 kilomètres de Pékin.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin,  Stéphane Lagarde

La rencontre n’a duré qu’une trentaine de minutes au parloir du centre de détention de Linyi dans la province du Shandong, mais ces minutes-là sont en réalité une éternité. Cela fait trois ans que Li Wenzu mène une bataille sans répit, trois ans de nuits sans dormir, trois ans à se mobiliser pour demander justice.

Wang Quanzhang, son mari, fait partie du groupe des avocats dits « 709 », pour 9 juillet 2015, date de la rafle de près de 200 avocats et militants des droits de l’homme en Chine. Li Wenzu, contacté par téléphone, ne savait même plus, jusqu’à ces derniers jours, si son époux était encore en vie.

« Je n’ai pas trouvé qu’il allait bien »

« J’ai pu voir mon mari, mais je n’ai pas trouvé qu’il allait bien. Pendant tout l’entretien, il était stressé. Il avait peur. On n’a pas pu parler tranquillement, il s’inquiète pour notre sécurité, il a peur qu’on soit arrêté. Il s’inquiète pour l’école de notre fils. Je lui ai répété qu’on allait bien, mais il n’a pas pu surmonter sa peur. Il peut marcher. Sa voix n’a pas changé, mais il paraît plus vieux. Il a le teint hâlé et il a maigri », a-t-elle précisé.

Toute la conversation a été filmée, un agent portant une oreillette a noté chaque mot de l’échange, poursuit Mme Li, qui était accompagné de leur fils. Wang Guangwei, 6 ans, « très heureux d’avoir vu (un) père » disparu alors qu’il commençait à peine à parler.

►À lire aussi : Chine: l’avocat Wang Quanzhang condamné à quatre ans et demi de prison

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.