Accéder au contenu principal
Hong Kong / Chine

Hong Kong: heurts lors du rassemblement pour l’anniversaire des «Parapluies»

La police anti-émeute a utilisé des canons à eau lors d'un rassemblement devant l'édifice du Conseil législatif à Hong Kong, le 28 septembre 2019.
La police anti-émeute a utilisé des canons à eau lors d'un rassemblement devant l'édifice du Conseil législatif à Hong Kong, le 28 septembre 2019. REUTERS/Athit Perawongmetha
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Cocktails molotov contre gaz lacrymogènes et canons à eau : de nouveaux affrontements ont eu lieu à Hong Kong ce samedi 28 septembre entre police et manifestants en marge d’un grand rassemblement pacifique visant à marquer les cinq ans du mouvement des parapluies. Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont réunies pour dresser le bilan de cette première révolte populaire qui avait duré près de 80 jours en 2014. Reportage.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Hong Kong,Vincent Souriau

On est au parc Tamar, à 100 mètres du siège du gouvernement. Tout le monde est assis dans l’herbe, on discute, on écoute les orateurs qui se passent le micro. Le débat, c’est le bilan des « Parapluies ».

Un bilan mitigé, nous dit Micky. Selon cette travailleuse sociale de 25 ans, la révolte ne s’est pas concrétisée politiquement. Mais elle a réveillé quelque chose chez les Hongkongais :

« On n’a pas eu tout ce qu’on voulait avec la révolution des parapluies. Mais ce n’est pas un échec parce que ça a changé Hong Kong. Ça a changé les gens, ça les a mis au clair sur les valeurs qu’ils voulaient défendre. Sur la méthode aussi : comment on passe d’une grève étudiante à mouvement d’occupation. Aujourd’hui on continue et c’est une source d’inspiration pour nous. »

Ici, tout le monde est d’accord, le mouvement des parapluies en 2014, c’était un premier pas, un ballon d’essai, inabouti, sans doute. Mais il a servi de catalyseur pour toute une génération.

« Ça a créé un précédent, ça nous a montré qu’on pouvait faire quelque chose, qu’on pouvait faire plus que rester chez nous à râler tout le temps, souligne un jeune homme. Les étudiants qui sont dans la rue aujourd’hui, ils étaient encore écoliers ou lycéens, en 2014. L’étincelle, c’est les " Parapluies ", qui ont ouvert la voie, et rien que pour ça, ça a été une avancée énorme. ».

La discussion devait durer deux heures. Mais le rassemblement pacifique a dû être écourté après de nouveaux affrontements entre police et manifestants à quelques rues du parc Tamar.

À lire aussi : Hong Kong: cinq ans après le mouvement des parapluies, la révolte continue

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.