Accéder au contenu principal
Chine / États-Unis

Ouïghours: Washington place 28 organisations chinoises sur une «liste noire»

Sécurité renforcée lors d'un rassemblement de Ouïghours pour la célébration de l'Aïd à Urumqi, dans le nord-ouest du Xinjiang, en septembre 2009 (image d'illustration).
Sécurité renforcée lors d'un rassemblement de Ouïghours pour la célébration de l'Aïd à Urumqi, dans le nord-ouest du Xinjiang, en septembre 2009 (image d'illustration). STR / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un nouveau coup dur pour les entreprises chinoises de la « hightech » aux États-Unis. Le département d’État américain vient d’annoncer le placement sur « liste noire » de vingt-huit organismes publics et compagnies chinoises soupçonnées d’avoir participer à la répression des minorités musulmanes au Xinjiang. Elles n’ont plus désormais le droit d’acheter des produits américains.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Ce sont les champions chinois de la surveillance électronique et de l’intelligence artificielle qui sont les premiers visés par cette décision. La sanction de la Maison Blanche vient couper la chaîne d’approvisionnement d’entreprises, certes leaders dans leurs secteurs, mais dont les produits dépendent encore largement des puces américaines. C’est le cas notamment d’Hikvision dont les caméras « intelligentes » permettent de suivre les musulmans du Xinjiang dans le moindre de leurs mouvement.

Une sanction qui « nuira également aux États-Unis »

Sans les processeurs américains permettant de stocker les images à haute résolution, les caméras ne peuvent plus mémoriser et analyser les données. Le premier fournisseur mondial d’équipement de vidéo-surveillance dont le siège social se trouve à Hangzhou non loin de Shanghaï dénonce dans un communiqué une sanction qui, dit–il, « nuira également à nos partenaires commerciaux aux États-Unis ».

Cotation suspendue

Même opposition du côté de Megvii Technology. Le géant de la reconnaissance faciale à Pékin considère cette décision « sans fondement » et affirme « servir les intérêts de l’humanité via l’intelligence artificielle » en « respectant toutes les lois et règlements des régions dans lesquelles (la société, NDLR) fournit des services ». Ce mardi, la cotation de l’action Hikvision a été suspendue à la Bourse de Shenzhen.

►À lire aussi : Guerre commerciale, le commerce extérieur chinois en baisse
►À écouter aussi Guerre commerciale Etats-Unis Chine: «la domination dans les industries de l'avenir est au cœur du dispositif de Trump»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.