Accéder au contenu principal
Inde

Inde: des étrangers expulsés après leur participation à la contestation

Des manifestants contre la loi sur la citoyenneté dans l'état du Maharashtra, à l'ouest de l'Inde, le 27 décembre 2019.
Des manifestants contre la loi sur la citoyenneté dans l'état du Maharashtra, à l'ouest de l'Inde, le 27 décembre 2019. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Inde, une touriste norvégienne et un étudiant allemand ont été expulsés du pays pour avoir participé au mouvement de contestation contre la loi sur la citoyenneté, dénoncée comme discriminatoire envers les musulmans. Ces expulsions interviennent au terme de plus de deux semaines de protestations parfois violentes.

Publicité

Janne Mette Johansson est la deuxième Européenne qui s'est vu ordonner cette semaine de quitter le pays, après avoir participé aux manifestations contre la loi controversée sur la citoyenneté. Cette touriste septuagénaire norvégienne affirme avoir subi à son hôtel un interrogatoire et une « torture psychologique », selon ses propos, des responsables de l'immigration.

►À lire aussi : Inde: le parti de Narendra Modi se mobilise pour la loi sur la citoyenneté

Ce vendredi 27 décembre, les services lui ont demandé de quitter le pays sans quoi elle serait expulsée. Plus tôt dans la semaine, un étudiant allemand Jakob Lindenthal a subi le même sort après avoir posté sur les réseaux sociaux, des photos de lui dans une manifestation portant une pancarte avec une inscription comparant la loi controversée aux législations antijuives de l'Allemagne nazie.

Internet suspendu dans 21 districts à majorité musulmane

Cette loi censée faciliter l'attribution de la nationalité indienne aux réfugiés non-musulmans provoque la colère de milliers de manifestants depuis plus de deux semaines. La répression des autorités a provoqué la mort d'au moins 27 personnes. Plus de 5 000 contestataires ont été placés en détention.

Ce vendredi, en prévision des nouvelles manifestations potentiellement violentes notamment dans l'Uttar Pradesh, les autorités ont déployé d'importantes forces de sécurité armées et ont suspendu l'internet mobile et les SMS dans 21 districts à majorité musulmane sur 75 dans cet état.

À Bombay, la capitale économique, des centaines de policiers étaient déployés et des dizaines de checkpoints ont été mis en place. Mais une contre-manifestation de 200 personnes partisanes de la loi s'est tenue dans la ville.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.