Accéder au contenu principal
Corée du Nord/États-Unis

La Corée du Nord menace de reprendre ses essais nucléaires

Le leader nord coréen Kim Jong Un menace de mettre en place « une nouvelle arme stratégique » alors que les négociations avec les États-Unis piétinent.
Le leader nord coréen Kim Jong Un menace de mettre en place « une nouvelle arme stratégique » alors que les négociations avec les États-Unis piétinent. KCNA via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Corée du Nord durcit le ton et met en garde contre « une nouvelle arme stratégique » face à l’absence de progrès dans les négociations de dénucléarisation avec Washington.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul, Louis Palligiano

C’est une déclaration résolument offensive qui vient clore la réunion plénière du comité central du Parti du travail au pouvoir. Un rassemblement rare qui a débuté samedi 28 décembre à Pyongyang pour quatre jours. « Le monde sera témoin d’une nouvelle arme stratégique que possédera la République populaire démocratique de Corée [le nom officiel de la Corée du Nord ndlr] dans un avenir proche », a prévenu Kim Jong-un cité ce matin par la KCNA.

Il accuse Washington de gagner du temps à des fins politiques, alors que les négociations nucléaires sont au point mort depuis l’échec du deuxième sommet États-Unis-Corée du Nord en février 2019. La Corée du Nord a menacé de prendre une « nouvelle voie » si Washington n’offrait pas de concessions avant la fin de l’année 2019. Le pays pourrait ainsi rompre totalement le dialogue et reprendre les provocations.

Un « homme de parole » pour Trump

Malgré cela, Donald Trump vient de déclarer en réponse qu’il considérait toujours le leader nord-coréen comme un « homme de parole » sur la dénucléarisation. En effet, les propos de Kim Jong-un restent suffisamment ambigus pour laisser entrevoir une issue diplomatique. Il a déclaré qu’il n’y aura « jamais de dénucléarisation sur la péninsule coréenne » et que la Corée du Nord continuera à développer des armes stratégiques jusqu’à ce que Washington stoppe sa « politique hostile » envers son régime.

►À lire aussi : Corée du Nord : vers la fin de la main-d'œuvre expatriée ?

Malgré sa posture belliqueuse, le leader de Corée du Nord ne semble donc pas avoir totalement fermé la porte au dialogue, en ajoutant que la mesure dans laquelle la Corée du Nord renforcera sa « dissuasion nucléaire » dépendra de l’attitude future des États-Unis.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.