Accéder au contenu principal
Pakistan

Manifestations anti-Asia Bibi au Pakistan: lourdes peines pour 86 islamistes

Des islamistes manifestent à Lahore le 1er février 2019 pour demander l'exécution d'Asia Bibi, accusée de blasphème.
Des islamistes manifestent à Lahore le 1er février 2019 pour demander l'exécution d'Asia Bibi, accusée de blasphème. ARIF ALI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ces islamistes avaient participé en novembre 2018 à de violentes manifestations qui avaient suivi l’annonce de l’acquittement d’Asia Bibi, une chrétienne accusée de blasphème.

Publicité

Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Le couperet est tombé, c’est la fin d’un procès qui a duré un an. Les 86 manifestants ont écopé de 55 années de prison chacun. La peine est lourde, elle se veut exemplaire à l’encontre des membres du Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), un parti islamiste radical. Il est à l’origine des manifestations monstres qui avaient paralysé le pays pendant trois jours en réaction à l’acquittement d’Asia Bibi.

La mère de famille, chrétienne, avait été accusée d’avoir tenu des propos offensants à l’égard du prophète lors d’une dispute autour d’un verre d’eau avec des voisines dans son village. Les manifestants réclamaient la mise à mort par pendaison d’Asia Bibi, réfugiée aujourd’hui au Canada.

À lire aussi : Pakistan: l'exfiltration d'Asia Bibi, un secret bien gardé

« Parodie de justice »

La mère de famille a passé huit ans dans les couloirs de la mort avant d’être acquittée. La décision de justice avait soulevé l’indignation des islamistes radicaux du TLP qui avaient menacé le Premier ministre, le président de la Cour suprême ainsi que le chef des armées, appelant à des mutineries. Le chef du parti Khadim Hussain Rizvi avait été arrêté dans la foulée des manifestations, puis remis en liberté six mois plus tard pour calmer les esprits.

L’avocat des 86 manifestants dénonce une « parodie de justice » et a annoncé que ses clients feront appel. Le blasphème est un sujet extrêmement sensible au Pakistan où de simples allégations conduisent à des condamnations à mort ou à des lynchages.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.