Accéder au contenu principal

Coronavirus: la Russie ferme sa frontière terrestre avec la Chine

Le président Vladimir Poutine tient une réunion de crise sur le coronavirus, le 29 janvier 2020, à Moscou.
Le président Vladimir Poutine tient une réunion de crise sur le coronavirus, le 29 janvier 2020, à Moscou. Alexei Druzhinin / SPUTNIK / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Russie veut se défendre contre l’épidémie de coronavirus, et, pour cela, elle vient de décider de fermer ses frontières terrestres avec la Chine. Décision rendue publique ce jeudi 30 janvier par le nouveau Premier ministre russe, Mikhaïl Michoustine. La Russie n’a pas encore enregistré de cas sur son sol, mais de nombreux travailleurs et touristes chinois se trouvent ou se sont trouvés sur son territoire.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

La Russie a plus de 4 000 kilomètres de frontière avec la Chine, et au total ce sont cinq régions qui seront concernées par la mesure, en Sibérie et dans l’Extrême-Orient russe. La mesure entre en vigueur aujourd’hui ; elle est provisoire précise le gouvernement, sans donner d’échéances. Autre mesure prise par la Russie : les ressortissants chinois n’auront plus la possibilité d’obtenir les visas électroniques qui leur permettaient de se rendre dans les provinces d’Extrême-Orient, à Saint-Pétersbourg et dans l’enclave de Kaliningrad.

Un manque à gagner de 100 millions de dollars

En moyenne, 1,5 millions de touristes chinois se rendent tous les ans en Russie. Le manque à gagner pourrait être considérable : il est évalué à 100 millions de dollars par l’association russe des tours opérateurs.

Pour l’heure, aucun cas de coronavirus n’a été détecté sur le territoire russe. Mais le gouvernement affirme qu’il se prépare à toute éventualité. Des moyens de détection et de prévention seront mis en œuvre et l’ont déjà été dans les aéroports. Enfin, plus de 5 000 touristes russes, qui se trouvent en Chine, seront rapatriés d’ici au 4 février.

Coronavirus: tout le territoire chinois est désormais touché par l'épidémie  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.