Accéder au contenu principal

Afghanistan: le coronavirus menace le processus de paix

Un volontaire distribue des masques pour lutter contre l'épidémie de coronavirus à Herat en Afghanistan, le 26 février 2020.
Un volontaire distribue des masques pour lutter contre l'épidémie de coronavirus à Herat en Afghanistan, le 26 février 2020. HOSHANG HASHIMI / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L’impact du coronavirus sur le processus de paix en Afghanistan pourrait être désastreux. Les discussions intra-afghanes n’ont toujours pas commencé, alors qu’elles devaient démarrer le 10 mars afin d’ouvrir la voie à la fin d’un conflit qui dure depuis plus de 18 ans. En cause, un désaccord entre talibans et autorités afghanes. L’épidémie de coronavirus qui s’étend dans la région pourrait bien les compromettre encore plus.

Publicité

Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Il est préférable de se voir en personne, mais avec le coronavirus et les restrictions de voyage, les discussions devront se faire de façon virtuelle, a écrit sur Twitter, il y a quelques jours, l’émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad.

Ces propos tenus le 19 mars marquent la première prise de conscience d’un officiel américain : le processus de paix devra s’adapter à la situation exceptionnelle imposée par la propagation du coronavirus.

Comment se dérouleront les discussions entre l’équipe de négociateurs afghans et les talibans ? Par visioconférence certainement, même si ces pourparlers n’ont toujours pas commencé. Les talibans refusent toujours toute discussion avec les autorités afghanes tant que celles-ci ne libèrent pas 5 000 de leurs prisonniers sans condition, ce que refuse le président Ashraf Ghani.

Les talibans ont toujours montrés qu'ils n'étaient pas pressés de conclure un accord de paix. Ils poursuivent ainsi leurs attaques sur les forces de sécurité afghanes à travers le pays.

Portes ouvertes aux talibans

Alors que les États-Unis et les autres pays de l’OTAN déployés en Afghanistan font face chacun aux conséquences sanitaires et financières du coronavirus dans leur pays, certains observateurs s’inquiètent des répercussions en Afghanistan. Une crise sanitaire sévère se profile dans le pays au système de santé précarisé par quatre décennies de conflit.

Les forces étrangères pourraient elles décider de quitter l’Afghanistan précipitamment pour des raisons sanitaires et économiques ? Plusieurs observateurs le craignent. Selon une source sécuritaire, les portes seraient alors grandes ouvertes aux talibans.

À lire aussi : Coronavirus: une crise sanitaire se profile en Afghanistan

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.