Coronavirus: Hong Kong interdit les non-résidents et limite les ventes d'alcool

Hong Kong va ordonner l'interdiction de servir de l'alcool dans les bars et les restaurants pour lutter contre la recrudescence du coronavirus.
Hong Kong va ordonner l'interdiction de servir de l'alcool dans les bars et les restaurants pour lutter contre la recrudescence du coronavirus. ISAAC LAWRENCE / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

À partir de ce mercredi 25 mars, Hong Kong interdira à tous les non-résidents d'entrer sur son territoire après une récente hausse des cas de contamination au coronavirus. Une annonce, ce lundi 23 mars, de la cheffe de l'exécutif, Carrie Lam, qui a également ordonné à tous les restaurants et bars de ne plus servir d'alcool.

Publicité

L'annonce de Carrie Lam est un tournant. « Le 25 mars à partir de minuit, tous les non-résidents hong-kongais arrivant par avion de l'étranger ne seront plus autorisés à entrer dans la ville » durant au moins deux semaines, a déclaré la cheffe de l'exécutif local.

Le transit des passagers par l'aéroport de la ville - le huitième plus fréquenté au monde - sera également interdit, a-t-elle ajouté. Les non-résidents venant de la Chine continentale, Macao et Taïwan pourront toujours venir à Hong Kong, mais à condition de ne pas avoir séjourné dans tout autre pays étranger au cours des 14 jours précédents.

Luxe de précautions sanitaires

Ces deux dernières semaines, le nombre de personnes contaminées a doublé à Hong Kong, pour atteindre 356 cas. Parmi les causes, le retour de résidents locaux et étrangers à la suite de l'apparition du Covid-19 en Europe et en Amérique du Nord.

Jusque-là, en dépit de sa proximité avec la Chine continentale, la place financière internationale avait réussi à limiter la propagation de l'épidémie. Elle avait su déployer un luxe de précautions prises par la population, comme le port du masque, le lavage des mains et le respect des distances.

Effet désinhibant de l'alcool

Autre annonce de Carrie Lam : les quelque 8 600 restaurants et bars possédant une licence demeureront ouverts mais ne pourront plus servir d'alcool. La cheffe de l'exécutif, qui considère que l'alcool a un effet désinhibant, n'a pas précisé la date d'entrée en vigueur de cette mesure. Les supermarchés et les commerces vendant de l'alcool ne sont pas concernés par l'interdiction.

Les responsables sanitaires de l'ex-colonie britannique s'inquiétaient de plus en plus de voir d'importants rassemblements de personnes dans certains quartiers animés de la mégapole. La semaine dernière, une série de contaminations ont été enregistrées chez des personnes qui s'étaient retrouvées dans le quartier de Lan Kwai Fong, réputé pour ses boîtes de nuit.

La grande majorité des nouvelles contaminations ont été enregistrées chez des ressortissants hong-kongais qui ont regagné l'agglomération après avoir séjourné en Europe ou aux États-Unis.

Étrangers buvant un verre sans porter de masque

Des voix se sont élevées contre certains Occidentaux qui continuent de consommer de l'alcool, alors que de nombreux Hong-Kongais se sont d'eux-mêmes placés à l'isolement. La semaine dernière, le quotidien hong-kongais Apple Daily a publié en Une la photo d'un groupe d'étrangers, assis côte à côte, buvant un verre sans porter de masque.

Depuis janvier, tout le monde a adopté le réflexe de porter un masque dans les lieux publics. Leur port était déjà très répandu. Les Hong-Kongais demeurent traumatisés par les ravages de l'épidémie de Sras en 2003, qui avait fait 299 morts dans l'ancienne colonie britannique.

À lire aussi : Coronavirus: l'Asie affronte une deuxième vague de contaminations

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail