Accéder au contenu principal
Reportage

Coronavirus: exode des travailleurs journaliers en Inde

Les travailleurs saisonniers regagnent à pied leurs villages, le 25 mars 2020.
Les travailleurs saisonniers regagnent à pied leurs villages, le 25 mars 2020. S.Farcis/RFI

La pandémie se répand en Inde, un pays qui compte pour le moment 16 morts et plus de 500 cas. Le pays est en confinement total depuis mercredi 25 mars et toute l’économie est donc à l’arrêt. Cela affecte en premier lieu les millions d’ouvriers journaliers, qui se retrouvent sans revenus. Le gouvernement indien vient d’annoncer un large plan de soutien à ces travailleurs pauvres, mais en attendant que cet argent soit versé, des milliers ont commencé à quitter les grandes villes, à pied, vers leurs villages.

Publicité

De notre correspondant à New Delhi,

C’est un groupe de neuf personnes, 6 hommes et trois femmes, qui marchent rapidement sur une énorme avenue déserte du sud de New Delhi. Baluchons sur la tête, sandales aux pieds, ces ouvriers viennent de quitter leur chantier de construction arrêté et partent rejoindre leur village, situé, à 500 km de là : « Tout est fermé ici, et nous n’avons même pas d’argent pour payer notre électricité, explique cette femme,Guddibhai, un mouchoir rouge sur la bouche pour se protéger du virus. Cela nous prendra peut-être 8 à 10 jours pour arriver chez nous, mais au moins nous aurons un toit et de la nourriture ». 

Au même moment, le gouvernement fédéral annonce un plan de plus de 20 milliards d’euros pour les travailleurs précaires, dont une partie est destinée aux ouvriers du bâtiment. Mais le versement de cet argent sera compliqué, car beaucoup ne sont pas déclarés. « Ils annoncent cela, mais on ne sait pas quand l’argent nous atteindra et combien on nous donnera, affirme Rathi Ram en marchant. Et nous ne pouvons pas attendre si on veut survivre ».

Cet homme maigre a 7 euros en poche et espère trouver de la nourriture en route. Comme lui, des milliers d’ouvriers indiens empruntent aujourd’hui la route de l’exode.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.