Accéder au contenu principal

En Indonésie, le groupe État islamique compte profiter du coronavirus

Vue aérienne de Jakarta, capitale de l'Indonésie. (Image d'illustration)
Vue aérienne de Jakarta, capitale de l'Indonésie. (Image d'illustration) Antara Foto/Sigid Kurniawan/ via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’est une activité qui ne s’est pas arrêtée avec l’épidémie du coronavirus : les cellules de soutien au groupe terroriste État islamique en Indonésie restent actives et s’interrogent sur l’opportunité possible de l’épidémie pour sévir, ou bien d’utiliser des membres porteurs du virus pour toucher leurs ennemis. Un rapport d’universitaire relève également une recrudescence de la rhétorique anti-chinoise.

Publicité

De notre correspondante en Asie du Sud-Est, Gabrielle Maréchaux

Le terrorisme est par essence imprévisible. S’il est donc risqué de faire des conjectures sur les prochaines attaques, la chercheuse Sidney Jones relève malgré tout une recrudescence de propos anti-chinois sur les canaux de communication de l’État islamique en Indonésie. « Il y a beaucoup de commentaires racistes, quelques discussions d’actions visant des cibles chinoises, surtout dans les régions où il y avait déjà du ressentiment envers les travailleurs chinois qui arrivent et prennent des postes que les locaux pensent devoir avoir. Surtout quand il s’agit de travail semi-qualifié. »

Récolte de fonds

Autre influence du contexte actuel sur les cellules de Daech que note son rapport : utiliser l’alibi de l’épidémie pour récolter des fonds. C’est quelque chose qui revient à chaque fois qu’il y a une catastrophe naturelle : des numéros de compte en banque circulent sur des sites internet, sur WhatsApp ou les réseaux sociaux appelant à la générosité pour aider cette communauté ou cet hôpital et parfois ces numéros de compte sont en fait associés à des groupes pro-Daech.

Mais si certains sympathisants de Daech songent à profiter de ces temps de pandémie pour organiser des attaques, d’autres, note le rapport, restent confinés et considèrent le climat actuel comme une répétition de la fin du monde.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.