Accéder au contenu principal

Afghanistan: l'Otan ne publie plus de données sur les attaques talibanes

Des militaires de l'armée afghane sur les lieux d'un attentat suicide à Kaboul, le 29 avril 2020.
Des militaires de l'armée afghane sur les lieux d'un attentat suicide à Kaboul, le 29 avril 2020. REUTERS/Omar Sobhani
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Un rapport officiel américain critique cette restriction d'information de la mission de l'Otan en Afghanistan, dirigée par les États-Unis, au moment où Washington réduit sa présence militaire.

Publicité

Plus les informations publiées sur les talibans sont restreintes, plus la compréhension de l'évolution du conflit est limitée, estime le rapport officiel américain, alors que Donald Trump n'a de cesse de répéter qu'il veut rapatrier  au plus vite les troupes américaines engagées sur le terrain afghan depuis 2001. « Ce trimestre, RS (Resolute support, le nom de la mission de l’Otan en Afghanistan, NDLR) a pour la première fois restreint la diffusion publique de toutes les données sur les attaques lancées par l'ennemi », observe le Bureau de l'inspecteur général spécial pour la reconstruction de l'Afghanistan (Sigar, qui dépend du Congrès), dont les rapports sont souvent fort critiques.

Une nouvelle restriction d’informations alors que les États-Unis ont signé le 29 février dernier un accord avec les Talibans dans lequel ils s’engagent à retirer l’ensemble des troupes étrangères du pays sous quatorze mois. En échange, les talibans n’ont pris que de vagues engagements, notamment la tenue de discussions avec Kaboul. Et passée la trêve de neuf jours respectée pendant la signature des accords, les violences ont repris de plus belle.

►À écouter aussi : Afghanistan: « L'accord de Doha n'est pas un accord de paix »

En 2018, le Pentagone avait déjà interdit au Sigar de publier le nombre de districts contrôlés par les rebelles et la proportion de la population afghane se trouvant plus ou moins sous leur autorité, alors que la mainmise du gouvernement afghan sur son pays ne cessait de baisser. Autre indicateur important disparu, Kaboul avait également demandé de classifier les pertes humaines subies par ses forces de sécurité.

Ces chiffres concernant les attaques talibanes étaient « l'un des derniers paramètres que le Sigar pouvait utiliser pour rendre compte publiquement de la situation sécuritaire en Afghanistan », poursuit le Bureau de l'inspecteur général spécial pour la reconstruction de l'Afghanistan.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.