Accéder au contenu principal

Multiples coups de feu à la frontière inter-coréenne

Patrouille de soldats sud-coréens le long de la DMZ (image d'illustration).
Patrouille de soldats sud-coréens le long de la DMZ (image d'illustration). REUTERS/Kim Hong-Ji
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Ce dimanche 3 mai 2020, la Corée du Nord a tiré de multiples coups de feu en direction de la Corée du Sud, au niveau de la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule. L'armée sud-coréenne a riposté, a annoncé Séoul.

Publicité

Un poste de garde sud-coréen a été touché par plusieurs tirs du Nord, ce dimanche 3 mai au matin, et aucune victime n'a été signalée du côté du Sud, a déclaré dans un communiqué l'état-major interarmées. Ce rare échange de tirs s'est produit au lendemain de l'apparition en public de Kim Jong-un, pour la première fois depuis trois semaines, après des semaines de spéculations et de rumeurs à l'étranger sur son état de santé.

Il était 7h41 lors que les soldats d’un poste de garde sud-coréen sur la frontière ont entendu plusieurs coups de feu venus du Nord. Ils sont alors sorti et ont découvert quatre impacts de balles sur le mur avant de répliquer, rapporte Frédéric Ojardias, correspondant de RFI à Séoul.

Riposte adaptée

« Nos militaires ont riposté par deux séries de tirs et par un message de mise en garde, conformément à notre procédure », a déclaré Séoul. L'armée a indiqué communiquer avec le Nord via une ligne téléphonique directe afin de déterminer les causes de cet incident. Les deux pays sont encore techniquement en guerre depuis l'armistice ayant mis fin à la Guerre de Corée en 1953.

Contrairement à son nom, la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule en deux États, est l'un des endroits les plus fortifiés de la planète. Elle est truffée de clôtures de fil de fer barbelé et de champs de mines, ce qui rend toute tentative de traversée extrêmement dangereuse.

Des accords restés lettre morte

Le dernier accrochage en date entre les deux Corées remontait à novembre 2017, quand des soldats nordistes avaient tiré sur un des leurs qui faisait défection, le blessant grièvement. La raison de l'incident survenu ce 3 mai 2020 est pour l'instant inconnue, mais l'état-major sud-coréen soupçonne une provocation intentionnelle. L'armée nordiste, elle, n'a pas répondu à l'appel téléphonique du Sud.

L'apaisement des tensions militaires à la frontière fait partie des accord conclus en septembre 2018 lors d'un sommet à Pyongyang entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in. Ces accords sont cependant restés lettre morte pour la plupart. Et les tirs échangés entre les deux pays constituent une violation de l'armistice.

À lire aussi : Corée du Nord: Pyongyang procède à de nouveaux tirs

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.