Accéder au contenu principal

Coronavirus: rentrée sous surveillance des lycéens à Wuhan, premier foyer de la pandémie

Des élèves d'un lycée de Wuhan dans la province centrale du Hubei, de retour en classe le 6 mai 2020.
Des élèves d'un lycée de Wuhan dans la province centrale du Hubei, de retour en classe le 6 mai 2020. STR / AFP
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Tout un symbole ! Près de 58 000 lycéens, pour la plupart des élèves de terminale, ont repris le chemin de l'école ce mercredi 6 mai Wuhan. Le signe d'une normalisation de la vie dans la capitale de la province du Hubei d'où est partie la pandémie de coronavirus, même si après plus deux mois de confinement, le retour à la normale n'est pas encore complètement normal.

Publicité

avec notre correspondant régional, Stéphane Lagarde

L'uniforme des lycéens chinois - survêtement et sac à dos -, des visages concentrés, mais aussi quelques sourires sont perceptibles derrière les masques pour cette rentrée tant attendue.

On estime généralement qu'une épidémie est éradiquée après vingt jours sans cas de contamination domestique. Or voilà déjà un mois que le Hubei n'a pas signalé de nouvelle infection. Le confinement est fini, mais oui ! Les professeurs sont là en chair et en os. Mais on ne sort pas comme ça d'un tel traumatisme.

Après plus de deux mois de confinement, ce n'est pas encore la vie d'avant. Bien sûr, il y a des caméras thermiques installées à l'entrée des 121 lycées, dont 38 lycées professionnels, concernés par cette réouverture. Bien sûr aussi, les règles de distanciation sociale sont appliquées.

Bac chinois repoussé d'un mois

Si seules les classes de terminales reprennent, c'est pour finir de préparer le « gaokao. » Le bac chinois, véritable sésame pour les études supérieures, a été repoussé d'un mois en raison du coronavirus. L'examen se tiendra les 7 et 8 juillet prochain. Mais c'est aussi pour espacer les pupitres faute de pouvoir repousser les murs.

Aucune date n'a pour l'instant été fournie aux autres élèves. Une rentrée échelonnée et liée au mètre de distance minimum requis. Les classes chinoises de 50 à 60 élèves sont passées à 30.

Cette distanciation est plus compliquée à maintenir lors des activités sportives. Les médias mettent d'ailleurs en garde sur le port du masque. Un élève de troisième de l'école intermédiaire de Caiyuan dans le comté de Dancheng dans la province du Henan est mort d'hypoxie. Il avait gardé son masque pendant les exercices.

À écouter : Coronavirus: quand Pékin préfère que l'on oublie Wuhan

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.