Accéder au contenu principal
Reportage

Les Taïwanais regrettent leur non-contribution à la lutte contre le coronavirus à l'OMS

Une rue commerciale à Taïpei, le 12 mars 2020. (Illustration)
Une rue commerciale à Taïpei, le 12 mars 2020. (Illustration) REUTERS/Ann Wang
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Alors que l'Assemblée mondiale de la santé se termine ce mardi 19 mai à Genève, un pays n'a pas pu donner sa voix aux débats. C'est Taïwan, l’archipel revendiqué par Pékin qui a finalement demandé à ses alliés diplomatiques de ne pas soulever la question de sa participation à l’OMS pour donner la priorité à la lutte contre l’épidémie.

Publicité

De notre correspondant à TaipeiAdrien Simorre

T-shirt large, fine moustache, Dong-Hua, 19 ans sort tout droit de son cours d’anglais. Comme de nombreux Taiwanais, il a suivi d’un œil le déroulé de l’Assemblée mondiale de la santé à laquelle Taïwan n’a pas été invité depuis 4 ans : « L’OMS est censée s’occuper de la santé de toutes les personnes dans le monde donc je pense qu’ils devraient mettre de côté les considérations politiques, et réfléchir à ce que Taïwan puisse rejoindre l'organisation ».

La Chine estime que c’est elle et elle seule qui est en droit de représenter les 23 millions de Taiwanais. Xe-Ing, étudiante de 21 ans, fronce les sourcils quand on lui demande ce qu’elle en pense. « Je ne suis pas d’accord. Taïwan a son propre gouvernement, sa propre politique et ses propres lois. La Chine dit que nous sommes une province chinoise, mais c’est faux ».

Isolé, Taïwan est pourtant parvenu à contenir l’épidémie. Certains estiment que c’est parce qu’elle pu prendre ses propres mesures sans attendre les recommandations de l’OMS. « Tous ceux qui ont fait confiance à l’OMS l’ont payé très cher donc c'est une chance pour Taïwan de pouvoir contribuer à construire un monde meilleur mais si la communauté internationale nous ferme les portes, nous n'avons rien à perdre, c'est plutôt le reste de monde qui y perd », explique le docteur Ko, vice-directeur de l'hôpital Min Sheng à Taipei.

Ces dernières semaines une trentaine de pays sont montés au créneau pour soutenir la participation de Taïwan. Historique mais insuffisant sur les 200 membres que compte l’organisation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.