Accéder au contenu principal

L’Inde face à la catastrophe des criquets pèlerins

Une branche ravagée par des criquets au Kenya. Après l'Afrique de l'est, c'est l'Inde qui fait face à l'invasion de criquets pélerins. (Illustration)
Une branche ravagée par des criquets au Kenya. Après l'Afrique de l'est, c'est l'Inde qui fait face à l'invasion de criquets pélerins. (Illustration) REUTERS/Baz Ratner
Texte par : RFI Suivre
2 min

C’est un fléau qui frappe déjà l’est de l’Afrique, et qui est en train de toucher maintenant l'Asie. L’ouest de l'Inde subit depuis plusieurs jours la pire invasion de criquets pèlerins depuis près de 30 ans. Des millions d’insectes ont ravagé les champs du Rajasthan et de plusieurs autres régions voisines, et poursuivent leur route à travers le pays. Les autorités comme les agriculteurs n'arrivent pas à les empêcher de manger les plantes. Les champs biologiques, toutefois, pourraient être moins touchés que les autres.

Publicité

De notre correspondant en Inde,  Sébastien Farcis

Randeep Kang a déjà subi des attaques de criquets dans le passé, mais il y a une semaine, cet agriculteur du Rajasthan a vu un essaim d’une taille inédite s’abattre sur ses orangers. « Il y en avait des milliards, l’essaim s’étendait sur plus de 5km de long, et 2km de large. Une plante de 60cm a parfois des milliers de criquets dessus, et ils peuvent manger toutes les feuilles en une minute, pour ne laisser que le tronc. Pour les effrayer, nous jouons une musique forte et nous brulons des pneumatiques. »

La preuve par les orangers

On estime que 50 000 hectares du Rajasthan ont déjà été dévorés par ces criquets pèlerins, en deux vagues successives. Les plants de coton ont été le plus touchés. Les orangers de Randeep Kang, eux, ont été étonnement épargnés par les criquets. La raison, dit-il, est que son champ est biologique.

« Au bout de 3-4 ans d’agriculture biologique, les plantes produisent leurs propres toxines qui servent à repousser les insectes. Donc cela les protège contre les criquets. »

Il y a encore peu d’études qui démontrent que les plants biologiques sont immunisés contre les criquets. Mais cet agriculteur assure avoir une preuve: le champ d’un voisin, qui fait pousser les mêmes orangers mais avec des pesticides, a été dévoré par ces insectes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.