Accéder au contenu principal

Inde: la plus grande application de traçage au monde du Covid-19 fait polémique

L'application Aarogya Setu suscite de nombreuses interrogations quant à la collecte des informations personnelles qui concernenet ses utilisateurs.
L'application Aarogya Setu suscite de nombreuses interrogations quant à la collecte des informations personnelles qui concernenet ses utilisateurs. REUTERS/Adnan Abidi
2 min

En Inde, l’application lancée par le gouvernement contre le coronavirus a été massivement téléchargée. Mais malgré des concessions du gouvernement, cet outil de traçage géant suscite la méfiances des ONG.

Publicité

De notre correspondant à Bangalore, 

Plus de 100 millions de personnes l’ont téléchargée, soit presque un Indien sur dix. Ce sont les impressionnantes statistiques d’Aargoya Setu, l’application de traçage anti-Covid-19 lancée par le gouvernement le 2 avril. L'objectif est d'identifier les personnes qui peuvent avoir été en contact avec un patient positif sans le savoir et les foyers infectieux.

Si le gouvernement se félicite de ces résultats, les ONG s’insurgent depuis deux mois contre les atteintes à la vie privée de cette application. En cause : la collecte opaque de données via les technologies GPS et bluetooth de ce programme de contrôle sanitaire, le plus important au monde.

Seuls 35% des Indiens possèdent un smartphone

Le gouvernement indien a fait des concessions. Auparavant obligatoire pour les employés du secteur public et privé, Aarogya Setu est désormais seulement conseillée. Son code source a par ailleurs été rendu public depuis le 27 mai. Pour autant, des interrogations demeurent pour Prashant Sugathan, directeur de l’ONG Software Freedom Law Centre.

« L’Inde ne dispose toujours pas de lois sur la protection de la vie privée sur internet. Tout cette collecte de données se fait en l’absence de cadre légal, déplore-t-il. Nous avons accès au code source de l’application. Mais qu’est-ce qui est fait des données conservées sur le serveur central ? C’est cela, la vraie question. »

Au delà des polémiques sur la gestion des données, l'utilité même de l’application est aussi remise en cause, alors que seul 35% des Indiens disposent d’un smartphone.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.