Accéder au contenu principal

Vingt soldats indiens tués dans la région contestée du Ladakh

Le lac Pangong qui sépare l'Inde et la Chine.
Le lac Pangong qui sépare l'Inde et la Chine. Prakash SINGH / AFP

Un grave affrontement a eu lieu entre l’armée indienne et chinoise au niveau de leur frontière contestée du Ladakh, dans les hauteurs de l’Himalaya. Vingt militaires indiens seraient morts et cinq Chinois, et une dizaine d’autres gravement blessés. Ce qui représente la plus sérieuse confrontation depuis 45 ans. Cela fait deux mois que les tensions persistent entre les deux puissances nucléaires à cette frontière, mais cela représente une escalade périlleuse…

Publicité

De notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

L’affrontement a eu lieu dans la Vallée de Galwan, l’un des deux points de tension frontalière entre les armées chinoises et indiennes depuis plus d’un mois au Ladakh, et situé à 4 200 mètres d’altitude. Ce qui est étonnant, c’est que les deux armées avaient commencé à se retirer de Galwan depuis une semaine.

Et ce lundi 15 juin, des représentants des deux bords devaient se rencontrer afin de poursuivre cette désescalade. À la place, il semble que les deux groupes de militaires se sont battus. En utilisant des barres de fer ou des pierres, car des soldats indiens ont été retrouvés morts dans un ravin, le crâne écrasé. L’un d’entre eux était le commandant de l’unité.

Cinq soldats chinois auraient également perdu la vie. Les altercations sont nombreuses entre les deux puissances le long de cette frontière floue et contestée, mais aucune n’avait entraîné la mort de militaires depuis 1975. Cette escalade est donc périlleuse et même si les dirigeants politiques indiens appellent au calme, la situation demeure maintenant imprévisible sur le terrain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.