Accéder au contenu principal

Face à l'Inde, l'armée chinoise a enrôlé des combattants de MMA et des alpinistes

Soldats de l'armée chinoise à Pékin (image d'illustration).
Soldats de l'armée chinoise à Pékin (image d'illustration). REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Texte par : RFI Suivre
2 min

La Chine a renforcé ses troupes près de la frontière indienne avec des combattants d'arts martiaux mixtes (MMA) et des alpinistes, peu de temps avant un affrontement meurtrier avec l'Inde, indique un média d'État.

Publicité

À la mi-juin 2020, des troupes indiennes et chinoises se sont affrontées dans un corps-à-corps d'une extrême violence dans une vallée disputée de la région himalayenne, à plus de 4 000 mètres d'altitude. La confrontation a coûté la vie à vingt militaires indiens, et à un nombre inconnu de soldats dans les rangs chinois. Un choc meurtrier qui est le premier depuis des décennies entre les deux voisins.

Des combattants d'un club de MMA en renfort

Cinq nouvelles divisions de milice, comprenant des combattants d'un club de MMA et d'ex-membres du relais de la flamme olympique sur l'Everest, ont été présentés le 15 juin lors d'une inspection officielle à Lhassa, a indiqué le Quotidien de la Défense chinoise, un journal officiel de l'armée. La télévision nationale CCTV a montré des images de centaines de militaires en rang dans la capitale du Tibet (sud-ouest de la Chine), région frontalière de l'Inde.

À lire aussi: Vingt soldats indiens tués dans la région contestée du Ladakh

Le déploiement de ces milices, dont font partie des membres du club de MMA Enbo « va grandement améliorer l'organisation et la force de mobilisation » des troupes ainsi que leur « rapidité de réaction », a déclaré Wang Haijiang, le commandant de la zone militaire régionale, cité par le journal. Ces miliciens ont été recrutés afin de « renforcer la frontière », a souligné le Quotidien de la Défense chinoise dans son article publié la semaine dernière sur le réseau social WeChat.

Le journal n'a établi aucun lien direct entre les combattants de MMA et les tensions récurrentes avec New Delhi. Mais l'Inde est le seul pays avec lequel la Chine entretient des différends territoriaux dans la région himalayenne. Les deux voisins se sont mutuellement rejeté la responsabilité des affrontements meurtriers de la nuit du 15 au 16 juin au niveau de la région du Ladakh (nord de l'Inde), lors desquels les soldats indiens et chinois se sont affrontés à coups de poings, de pierres et de bâtons.

L'Inde se renforce aussi

L'Inde a indiqué jeudi avoir renforcé le déploiement de troupes dans cette zone disputée. Les responsables militaires et les diplomates des deux pays continuent toutefois de discuter pour tenter de désamorcer les tensions. L'Inde et la Chine se sont livré une guerre frontalière en 1962.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.